In Difool  's collection
La ville qui n'existait pas by Enki Bilal, Pierre Christin - Comic Strip
404 

La ville qui n'existait pas

Comic Strip
1977
Ink
Sur feuille cartonnée
50 x 39.5 cm (19.69 x 15.55 in.)
2ème case - Le réveil
3ème case
4ème case - Clin d'oeil à Michel Blanc-Dumont
5ème case - Référence à la couverture
6ème case - Le manège "champigon" et le dôme
Le rêve de Paulo
Pages 54 et 55 de l'album

Description

Légendes d'aujourd'hui -" La ville qui n'existait pas", planche n° 49.

Inscriptions

Signée en bas à droite

Comment

L'histoire :
Dans le Nord de la France, dans les années 70, la petite ville de Jadencourt connait une lutte acharnée entre les classes. A la mort du patron de la fonderie, sa petite fille handicapée hérite de l’empire Hannard. Celle-ci utilisera sa fortune et son influence nouvelle pour créer une ville utopique pour les habitants. Une partie du récit est vue au travers des yeux de Paulo, 10 ans, enfant d'ouvrier, dont les parents se battent pour joindre les deux bouts.

La planche :
Elle renvoie au rêve de l'enfant dans les 2 premières planches de l'album, il s'est réalisé avec cette planche 49. Paulo rêvait de cette cité idéale dans laquelle il déambulait revêtu de son costume de fête. Mais la réalité s'avère décevante, la cité idéale se révélant une prison dorée. La ville dans laquelle on ne peut plus sortir ou entrer, car protégée par son dôme puis par des gens armés et des barbelés. Coupée du temps et de la réalité, elle devient "La ville qui n'existait pas".

A noter un clin d'oeil du dessinateur à un des ses amis dessinateurs de Pilote de l'époque, sur la façade de la boucherie chevaline en case 4. La case 5 a inspiré en partie la couverture.

La nouvelle Jadencourt a été créée de façon démocratique, chacun donnant son avis dans une collaboration des classes idéale mais uniquement rendue possible par de grasses contreparties versées par l’héritière aux cadres dirigeants. Pour les emplois, la répartition et les réformes s’organisent également sur le mode de la discussion, les femmes conçoivent notamment les vêtements qu’elles fabriquent (voir case 5).

L'Art Nouveau :
Enki Bilal a donné à cette ville une unité architecturale qui regroupe toutes les caractéristiques de l’Art Nouveau. Le dessinateur doit apprécier ce courant, car on retrouve son influence dans d'autres albums, comme dans le début de la BD "Exterminateur 17" sur scénario de Jean-Pierre Dionnet. Il est né en réaction contre les dérives de l’industrialisation à outrance, tout comme désire se placer cette ville. Les formes utilisées sont organiques. L’ajustement des pierres rappelle la carapace des insectes. La forme du lit, la couverture, les dômes et les multiples arcs brisés de l'architecture sont comme des bourgeons, des pétales de fleurs. Le manège évoque un champignon. Les ferronneries enfin peuvent faire penser au travail de Hector Guimard. La circulation s’effectue par ailleurs à pied, aucune voiture n'est visible.

L'utopie :
Une croyance en l'utopie régnait également mais l'humour noir a heureusement préservé ce triptyque des "Légendes d'aujourd'hui" (composé également des albums “La croisière des oubliés” et du "Vaisseau de pierre") certaines illusions idéologiques désormais bien dévaluées. L'opinion publique était à l’époque révoltée contre toute forme d'autorité que ce soit l'armée, la police ou le seul patron. Beaucoup étaient utopistes et croyaient en une société parfaite mais le duo d'auteurs n'a pas penché dans ce genre d'utopies qui se sont avérées par la suite obsolètes.

On peut rapprocher la création de cette ville d'autres réalisations architecturales :

- On doit à Le Corbusier les plans de Chandigarh en Inde, à partir d'un plan précédent d'Albert Mayer. Ville nouvelle construite après l'indépendance de l'Inde en 1947, et internationalement réputée pour son urbanisme.
- Il est possible de citer un autre exemple fameux, celui de Brasilia, inaugurée en 1960 dont le projet fut dirigé par les architectes Oscar Niemeyer et Lucio Costa. Le président Juscelino Kubitschek avait assuré aux Brésiliens « 50 ans de progrès en 5 ans ».

Cela traduit l'utopie à l'origine de ces créations. Car l'Utopie, dans la fiction politique écrite par Thomas More en 1516 dont découle le néologisme, c'est un lieu et son modelage, la création d'une île que l'on coupe du monde, comme cette ville sous son dôme, comme s'il n'y avait pas de rupture avec l'ordre établi qui ne soit d'abord acté par une rupture spatiale.

L'utopie, projection imaginaire d'une société idéale, c'est souvent, une question de lieu et une question d'architecture. Lieux réinventés dont la structure spatiale est censée être l'incarnation du projet politique.

Il n'y a alors qu'un pas pour que l'architecture ne devienne utopiste et ne s’invente une capacité à infléchir, par sa seule puissance, les rapports sociaux et, tout simplement réinventer la vie en réinventant les villes et les lieux. Ces créations ont été rattrapées par la réalité, utopie en grec signifie "nulle part"...

Cette BD n'est qu'une première approche de la ville, espace de conflit entre modernité et passé, qui deviendra une véritable fascination dans l'oeuvre de Enki Bilal.

Publication

  • La ville qui n'existait pas
  • Dargaud
  • 10/1977
  • Page 55

About Enki Bilal

Enki Bilal, the son of a Czech mother and a Bosnian father, spent the first nine years of his life in Belgrade, where the ghost of World War II still haunted everyday life. The Bilal family moved to Paris in 1961, where Enki Bilal was drawn to comics and cinema. He started at Pilote in 1972, making illustrations, covers and short stories. Three years later, Bilal met writer Pierre Christin, with whom he created several comics by combining comic strips with photos, including 'Légendes d'Aujourd'hui', 'La Croisière des Oubliés' and 'Partie de Chasse'. In 1980 he began his award-winning 'Nikopol-trilogy', including the books 'La Foire aux Immortels', 'La Femme Piège' and 'Froid Équateur'. Besides these comics activities, Enki Bilal started working in film, theater and opera. He created sets, costumes and posters for a theater play and worked on two feature films. Apart from these and other occupations, like photo retouching and glass painting, Bilal published 'Le Sommeil du Monstre', the first installment in his Hatzfeld tetralogy, in 1998. He published the last volume of this series about the the breakup of Yugoslavia from a future viewpoint, in 2007. Text (c) Lambiek

Thematics

  • #children
  • #mushroom
  • #cats

20 comments
To leave a comment on that piece, please log in
salome3544 Pas facile de choisir sa Bilal N&B qui passe les âges ... cette planche en est un très bel exemple, et surtout merci pour le descriptif éclairant ...
May 18, 2019, 6:47 PM
Bobby75 Je me rends compte que je n'avais pas encore commenté cette magnifique planche !!! Bravo pour cette nouvelle pépite :)
Apr 14, 2019, 3:36 PM
Philousophe Superbe planche. Bravo!
Mar 29, 2019, 6:35 PM
falonex Très belle planche, dans une très belle collection...
Mar 27, 2019, 8:09 PM
Mike Du très beau Bilal, une nouvelle fois un choix judicieux +++
Mar 4, 2019, 5:47 PM
Valerian Très belle planche, très bon choix comme toujours !
Feb 26, 2019, 7:45 PM
VoodooLtd Extraordinaire ! L'album par lequel j'ai découvert Bilal et qui reste un de mes préférés. Une planche sublime où l'inspiration Moebius ressort pleinement...
Feb 24, 2019, 11:13 PM
michael07 Difool is back et ça déménage!! Superbe
Feb 24, 2019, 10:46 AM
charles20220 Oh! Une part de l’histoire de la BD ici! Sublime, Benoit. Avec le gamin en costume qui rappelle l’an couv’. Un album génial. Quelle planche!10000 bravos!?✌️
Feb 24, 2019, 9:26 AM
SupHermann Somptueux. Excellent choix !
Feb 24, 2019, 7:29 AM
fazo Une bien belle pièce, dans une bien belle collection ; )
Feb 24, 2019, 1:06 AM
Matthias Very nice page! The design of background of the bed is very seventy!
Feb 23, 2019, 10:47 PM
Tarkey Très belle, très aérée avec un petit air de Little Nemo, top
Feb 23, 2019, 10:25 PM
ThierryStark Ce type de commentaire apporte une réelle valeur supplémentaire à une planche déjà intéressante..! Bravo
Feb 23, 2019, 8:20 PM
FH60 Bien que n'étant pas un grand fan de Bilal, ton commentaire me donne envie de découvrir cette histoire... Il serait grand temps, d'ailleurs !
Feb 23, 2019, 8:00 PM
Bibi Une planche d'un album dont on ne voit pas beaucoup d'originaux. Superbe !
Feb 23, 2019, 7:28 PM
EricB Une belle planche de plus dans une superbe collection. Bilal en noir et blanc c’est définitivement top. Et un commentaire à la hauteur ?
Feb 23, 2019, 12:44 PM
ComicArtFan Vraiment une superbe page que je suis vraiment heureux de retrouver. Merci pour ce sympathique Flashback.
Feb 23, 2019, 11:10 AM
MorgnThorg Ah, voilà une des planches qui me faisait de l'oeil! Superbe, belle période de cet auteur!
Feb 23, 2019, 10:38 AM
Kiki06 Très belle planche, le premier strip encré en dit beaucoup ! Très beau commentaire comme d’habitude. En plus il y a le rappel de la couverture ! Encore un super choix. Bravo !
Feb 23, 2019, 10:08 AM