In apadno 's collection
Vaughn Bodé, Rubber Balloon - pages 1 à 6 - Prelim - Comic Strip
165 

Rubber Balloon - pages 1 à 6 - Prelim

Comic Strip
1972
Pencil
Crayon pour les desssins et les textes et encre pour le tracé des cases & bulles.
12 x 25 cm (4.72 x 9.84 in.)
(chaque planche)
Share
Page cpuleur
Dbr vol 2
Vb2
Vb1

Description

Six crayonnés pour l’histoire complète « Rubber Balloon » de Vaughn Bode.
Histoire publiée initialement dans Cavalier magazine ou Swank magazine en 1972,
Puis reprise deux décennies plus tard dans « Dead Bone Erotika vol. 2 » publié par Fantagraphics Books en 1996.

Inscriptions

Signature et date dans la bulle du titre

Comment

Né en 1941 et mort à l’âge de 33 ans en 1975 Bodé occupe une place à part dans le monde du comics. Le mélange détonnant de son trait psychédélique, enfantin souvent, de ses formes tout en courbes, essentiellement féminines, de ses thèmes souvent scabreux et d’un humour très noir, aura influencé bon nombre d’artistes contemporains et notamment dans le monde du graffiti.

Cette histoire en 6 cases a été initialement publiée dans un magazine « masculin » en 1972. Mes recherches ne m’ont pas permis de trouver s’il s’agit de Cavalier magazine ou de Swank magazine. Mais il s’agit bien de l’un des deux car la réédition des années 90 par Fantagraphics les mentionne comme sources de la publication (je présente pour mémoire la planche finale en couleur... que je ne possède pas).
Cette dernière édition a été préfacée par Jeff Jones (encore alors sous son nom masculin). J’ai été tout d’abord surpris de découvrir les liens qui unissaient Bodé et Jeff Jones, future Jeffrey Catherine Jones. Proches, ils ont notamment partagé le même appartement à la bascule des années 60 et 70. Et bien d’autres choses sans doute. Mais finalement, à la lecture de ce qu’auront été les vies de l’une et de l’autre, tout semble logique. Quelle époque !!

Sans surprise, j’aime beaucoup le dessin de Bodé mais j’avoue que le thème macabre et l’humour grinçant de l’histoire m’ont paru résumer au moins un aspect de la carrière et de la vie de l’artiste. Quand on sait que Vaughn Bodé est mort accidentellement dans un jeu d’étranglement autoérotique les phrases de ses planches résonnent étrangement : « You be surprised how many lizards into bondage » à la première case. Et à l’avant dernière « It got to do with sexual death ».
Mais bon, comme il ne s’agit que de sexualité, de vie et de mort, il faut bien relativiser et suivre les conseils avisés du Lizard toujours de très bonne humeur : « WAS DAT FUN » !!!

11 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About Vaughn Bodé

Vaughn Bodé attended Syracuse University, where his first work, 'The Man and the Cheech Wizard' was published (this title was later reprinted by the Print Mint in 1972). Moving to Manhattan in 1969, Bodé worked as an editor on the first two issues of Gothic Blimp Works. His expressive art appeared in dozens of magazines through the early days of the underground comix era: 'Lizard Zen', 'Cosmic Circus', 'Junkwaffle', 'Deadbone Erotica' and several collections of 'Cheech Wizard'. Now, many years after his untimely death, Bodé is still a big influence on the hip-hop and graffiti scene that emerged in the eighties. His son, Mark Bodé, also a comic artist, occasionally does the artwork on some of his father's unfinished scripts. Text (c) Lambiek