Dans la collection de SupHermann 
Orchidea p1 par Cosey - Planche originale
1296 

Orchidea p1

Planche originale
circa 1989
Encre de Chine
Plume et pinceau
46 x 35 cm (18.11 x 13.78 in.)
Format Couronne écriture
Partager
Catalogue exposition Angoulème
Page de l’album

Description

Orchidea
Planche 1
Editions Dupuis novembre 1990, collection Aire Libre
3 rééditions (1999, 2003, 2011)
Intégrale T1, Même poursuivi, le papillon jamais ne semble pressé de Bernard Cosendai, Éditions Barbier 09/2020

- Planche sélectionnée pour l’exposition « Cosey, une quête de l’épure » au Festival International de la bande dessinée d’Angoulême en 2018
- Planche reproduite dans le catalogue : « Cosey, une quête de l’épure » 9e Art+, éditions janvier 2018 (p32)
- Page couleur servant à présenter l’album dans Bédéthèque
https://www.bedetheque.com/serie-303-BD-Orchidea.html

Inscriptions / Signatures

Signée par l’artiste

Commentaire

Quand je pense à Cosey, j’imagine voyages, pérégrinations et tranches de vie ayant pour cadre le Tibet, la Suisse et les Etats Unis.

Du coup ce splash introductif sur la cité des anges a de suite attisé ma curiosité.

Le catalogue de l’exposition à Angoulême décrit d’ailleurs assez bien son intérêt : “verticalité, rythmique décorative liée à la répétition des ouvertures sur les facades, profusion des enseignes. Pour eloignée qu’elle soit du paysage de montagne, la ville américaine a cependant de nombreux atouts pour séduire l’artiste”

L’auteur plante son histoire à l’intersection de Est 5th Street et Los Angeles Street. On y observe un panoramique serré typique de Downtown L.A. avec trois hotels début XXe encadrant l’espace ;

Rosslyn Hotel au milieu https://en.m.wikipedia.org/wiki/Hotel_Rosslyn_Annex
A gauche Baltimore Hotel https://esotouric.com/2018/08/24/baltimorehotel/
Et à droite premier plan Hotel King Edward
https://www.latimes.com/local/lanow/la-me-ln-king-edward-hotel-purchase-20180430-story.html

Dans ce one shot sous forme de road movie familial, une fratrie pas toute jeune se reforme, et se retrouve, en reprenant la route direction l’Arizona sur les traces du père. Ce scientifique un peu atypique vient en effet de partir de sa maison de retraite alors qu’il semblait travailler sur une histoire d'étoiles et de vie dans l'univers au nom de code curieux ; Orchidéa.

Le grand prix de la ville d’Angoulême 2017

Publications

  • Orchidea
  • Dupuis
  • 11/1990
  • Page 1
  • Une quête de l'épure
  • 9E Art+ Éditions
  • 01/2018
  • Page 32
  • Même poursuivi, le papillon...
  • Éditions Barbier
  • 09/2020
  • Page intérieure

Thématiques


18 commentaires
Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter

A propos de Cosey

Dès 1966, le jeune Bernard Cosendai travaille comme illustrateur pour une agence publicitaire. En 1969, un de ses dessins remporte le troisième prix d'un concours de couverture de Spirou. En 1970, il rencontre Derib, alors seul auteur suisse de bande dessinée professionnel. Il devient son apprenti et colorie Go West et Yakari. Derib l'incite à lancer ses propres séries. En 1971, Cosey dessine trois aventures de Monfreid et Tilbury dans Le Soir Jeunesse, supplément du quotidien bruxellois, sur des scénarios d'André-Paul Duchâteau. L'année suivante il entre au quotidien suisse 24 heures, où il crée jusqu'en 1974 Paul Aroïd, Clarence et Séraphin Ledoux. En 1975, il entre à Tintin avec Jonathan, série d'aventure suivant les pérégrinations himalayennes d'un jeune baroudeur suisse, considéré comme une œuvre militante pour le Tibet. Cette série, dont il enchaîne les histoires (neuf de 1975 à 1982) lui assure un succès rapide.