In Zizanion  's collection
Jerry Spring - Lune d' Argent (t.3 pl.17) by Jijé - Comic Strip
661 

Jerry Spring - Lune d' Argent (t.3 pl.17)

Comic Strip
1956
Ink
Share

Comment

Magnifique scène nocturne par le maître du noir et blanc.

Planche extraite du meilleur album de Jerry Spring selon Derib.

Que represente Jijé aujourd'hui, pour vous?
Derib: Disons que je reste un fan inconditionnel de Jijé ; à mes yeux, c'est le dessinateur réaliste le plus important de toute l'histoire de la bande dessinée belgo-française.

Quel était exactement son credo, en matière de dessin?
Derib: D'abord il fallait bien dessiner et si l'on n'était pas capable de le faire, il fallait apprendre : il n'y avait pas de demi mesure ! Pour cela il nous inculquait la technique très simple de dessiner d'après modèle vivant, sans regarder ce qu'on dessinait pour acquérir une vraie spontanéité. II prenait un bloc de papier et il le remplissait sans même regarder ce qu'il avait fait, sans ramasser ses feuilles au fur et à mesure ! Jijé adaptait également ça au dessin humoristique puisqu'il a aussi formé Franquin, Morris et Will, et ça passait bien grace à sa bonne humeur, sa santé et sa joie de vivre. Et puis ce qui était exceptionnel dans son dessin, comme dans celui de Franquin, c'était son sens du mouvement pour soutenir une action et adhérer au texte, ce qui permettait au lecteur de totalement s'identifier au personnage. C'est certainement ce qui m'a séduit : un côté affectif et un impact sensuel qui passaient avant tout par le trait et donnaient une réalité aux personnages : Jerry Spring, Valhardi ou Spirou auraient existé, j'aurais bien aimé manger avec eux !

À part les chevaux, qu'est-ce que Jijé dessinait bien, selon vous?

Derib: II dessinait très bien les mains, ce qui n'est pas donné à tous les dessinateurs, loin de là ! Mais puisque nous parlons de chevaux, je voudrais dire que Ruby et Chiquito, les montures de Jerry et de Pancho, ont constitué pour moi une émotion inoubliable. D'abord, c'était la première fois qu'un dessinateur personnalisait des chevaux qui étaient autre chose que des moyens de transport. Ils devenaient des personnages à par entiers. Jijé avait choisi esthétiquement de dessiner des pur-sang arabes qui sont les plus beaux chevaux du monde, même si ce ne sont pas vraiment des chevaux de western. [...]

Sinon, sur un plan humain, vous a-t-il transmis certaines valeurs fondamentales que vous avez reprises à votre compte?
Derib: [...] En revanche, j'ai retenu de Jijé sa totale générosité de dessinateurs vis-à-vis des autres et une morale absolue du dessin. [...]

Publications

  • Lune d'argent
  • Dupuis
  • 01/1956
  • Interior page
  • Lune d'argent
  • Musée Jijé Asbl
  • 03/2014
  • Interior page
  • Quand Gillain raconte Jijé
  • Dupuis
  • 02/2014
  • Page 232

10 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About Jijé

Joseph Gillain, better known by his pen name Jijé was a Belgian comics artist, best known for being a seminal artist on the Spirou et Fantasio strip (and for having introduced the Fantasio character) and the creator of one of the first major European western strips, Jerry Spring.Born Joseph Gillain in Gedinne, Namur, he completed various art studies (woodcraft, goldsmithing, drawing and painting) at the abbey of Maredsous. In 1936, he created his first comics character, Jojo in the catholic newspaper Le Croisé. Jojo was heavily influenced by The Adventures of Tintin, but Jijé gradually developed his own style. Soon a second series followed, Blondin et Cirage, for the catholic youth magazine Petits Belges. Jijé also produced many illustrations for various Walloon magazines.