Œuvre mise en vente par Galerie Zic & Bul 
147 

Dracurella – Album 1 page FIN – Julio Ribera

Planche originale
Encre de Chine
65 x 45 cm (25,59 x 17,72 in.)
Prix : 900 €  [$]

Description

Dracurella – Album 1 page FIN – Julio Ribera – planche originale à l’encre de chine – format 62 x 45 – signée

Dans son château de Transylvanie, Dracurella, fille adoptive de Dracula, ne rêve que de pouvoir vivre la vie d’une tranquille ménagère, entre époux, chien et équipement ménager du dernier cri. Boire du sang et se faire servir par les monstres du « peuple de la nuit » ? Très peu pour elle.
Un jour, tout bascule : sa belle-mère apprend que Dracurella est désormais plus belle qu’elle et demande au docteur Frankenstein d’envoyer sa créature la tuer. Ce sera pour la jeune femme l’occasion de fuir, non sans faire quelques rencontres sorties directement du folklore fantastique. Dans sa course, Dracurella rencontre un dragon qui tombe fou amoureux d’elle et notre héroïne, sensible aux doux yeux verts du reptile, accepte d’aller vivre dans sa grotte, réaménagée pour l’occasion en véritable petit nid douillet. Mais le monde d’où elle vient ne compte pas l’oublier si facilement…
Bande dessinée parodique vraiment drôle, les clins d’oeil aux contes et aux stars des créatures fantastiques arrivent en cascade, tellement que ce rythme nourrit le kitsch et l’absurde des situations où tout devient prétexte à en rajouter une couche.

Commentaire

Né à Barcelone en 1927, Julio Ribera débute sa carrière en Espagne, avant d’arriver en France en 1954, où il travaille pour ‘Lisette’, ‘Pierrot’, ‘Bernadette’, ‘Le Parisien’, ‘Bayard’, ‘France-Soir’…

En 1958, il dessine « Tony Sextant », sur un scénario de Jean Acquaviva, chez Bonne Presse. Il collabore à ‘Pilote’ à partir de 1965 avec des récits complets et des pages d’actualités. C’est là qu’il va faire la connaissance de Christian Godard avec lequel il commence, à partir de 1975, la célèbre série de science-fiction, « Le Vagabond des Limbes » (Dargaud).

En 1973, il dessine une parodie sur le thème du vampire, « Dracurella ». Julio Ribera participe également à « L’Histoire de France en bandes dessinée » en 1976, puis, toujours avec Godard, publie directement en album, « Chroniques du Temps de la Vallée des Ghlomes » (1985, Dargaud). Il s’essaie à l’édition en 1988 avec Godard en créant les éditions Le Vaisseau d’Argent avant de se recentrer sur ses activités d’auteur en 1992.

Il a fait perdurer sa série culte, « Le Vagabond des limbes », pendant 31 tomes.

Julio Ribera s’est aussi lancé dans des albums plus autobiographiques sur lesquels il travaille seul, tels que « Montserrat » (3 tomes) et l’autobiographique « Mon crayon et moi » (Bamboo).

D’un tempérament discret, Julio Ribera faisait partie des grands maîtres de la bande dessinée espagnole.

Julio Ribera nous a quittés le 27 mai 2018

A propos de Julio Ribera

Né à Barcelone, Julio Ribera débute en Espagne, puis arrive en France en 1954, où il travaille pour Lisette, Pierrot, Bernadette, Le Parisien, Bayard, France-Soir... En 1958, il dessine Tony Sextant, sur un scénario d'Acquaviva, chez Bonne Presse. Il collabore à Pilote à partir de 1965 pour des récits complets et des pages d'actualités, Pilote où il fait la connaissance de Godard avec lequel il commence à partir de 1975 le cycle Le Vagabond des Limbes. En 1973, il dessine une parodie sur le thème du vampire Dracurella. Ribera participe à L'Histoire de France en bandes dessinées en 1976, puis toujours avec Godard, publie directement en album, début 1985, aux éditions Dargaud, Chroniques du Temps de la Vallée des Ghlomes, et La Guerre des Pilons a été publié dans Charlie Pilote. Il s'essaie dans l'édition en 1988 avec Godard en créant Le Vaisseau d'Argent avant de se recentrer sur ses activités d'auteur en 1992 chez Dargaud. Depuis, il a fait perdurer sa série culte Le Vagabond des limbes, putout en continuant à travailler, toujours avec Godard, sur de nombreuses séries. Julio Ribera s’est lancé dans des albums qu’il dessine et écrit tout seul, tels que Montserrat et l’autobiographique Mon crayon et moi, aux éditions Bamboo. Texte et photo © Dargaud

Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter