In Sam06  's collection
Alix- Couverture Originale Le Prince Du Nil by Jacques Martin - Original Cover
395 

Alix- Couverture Originale Le Prince Du Nil

Original Cover
1974
Ink

Description

Couverture Originale de l’album Le Prince Du Nil paru en 1974 chez Casterman. 11eme tome de la serie.
A noter que cet album eu un avertissement par la censure lors de sa sortie.

Inscriptions

Nom de l’ablum et quelques notes de l’auteur

Comment

Cette couverture marquante tranche avec les précédentes. La nuit tombante, Alix y est attaché à une croix en bois et est attaqué par des hyènes féroces.On y voit aussi une pyramide inachevée.
Une image choquante pour beaucoup de lecteurs de l’époque. Cette couverture m’a toujours marqué et je n’aurais jamais pensé pouvoir un jour l’ajouter à ma collection.
Dans cette album, Jacques Martin nous entraine cette fois en Egypte et plus particulièrement en Nubie. On apprend qu’Enak est un descendant des Menkharâ, une puissante famille égyptienne. Tout cela n’etant en fait qu’un piège afin d’olbiger Alix à assassiner Cesar. Malgré la torture,Alix refuse de trahir Rome d’où cette scène de Crucifiement. Pour la première fois Enak s’opposera à Alix.
Comme toujours, les dessins de l Egypte antique (Saqqarah) sont trés bien documentés et précis. Les décors y sont superbes.
Voir Alix sur une croix nous ramène bien sur à l’image du Christ.
Cependant, l’histoire du crucifiement date de bien avant. Et bien avant d’avoir une conotation religieuse.
La crucifixion( ou cruciefiement)comme châtiment a connu une expansion dans l'Antiquité. Elle apparaît sous des formes variées chez de nombreux peuples du monde ancien, même chez les Grecs. Beaucoup d’historiens Grecs et Romains ont minimisé cette cruauté.
C'était un supplice utilisé d’abord par les peuples barbares orientaux, les Perses et les Phéniciens. Alexandre le Grand en fit usage en crucifiant des milliers de prisonniers.
Les Carthaginois l'appliquèrent, notamment dans la répression de la guerre des Mercenaires. Comme l'empalement, le crucifiement est facile à mettre en œuvre, ne nécessitant et a un aspect trés dissuasif sur les témoins de la scène.
Chez les Romains cette peine est devenue infâmante et fut réservée d'abord aux esclaves puis plus tard aux brigands et aux pirates,et ensuite aux prisonniers de guerre et aux condamnés pour motifs politiques. L'empereur romain Constantin Ier fit abolir le supplice du crucifiement en 313, après son édit de tolérance du christianisme.
La plupart du temps, les éxécutés etaient juste attachés par une corde. La mort devenant plus lente et l’agonie terrible.
Ce supplice etait le plus haut degré dans l’échelle des moyens répressifs.
Cependant la sacralité du symbole de la croix est aussi retrouvée dans beaucoup d’autres civilisations et même en amerique latine, chez les mayas.
Nous voilà bien loin de la BD enfantile.

Publications

  • Le prince du Nil
  • Casterman
  • 01/1974
  • Front cover
  • Le prince du Nil
  • J'ai Lu
  • 09/1989
  • Front cover
  • Les Aventures égyptiennes
  • Casterman
  • 11/2007
  • Front cover

Thematics


29 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About Jacques Martin

Jacques Martin was one of the classic artists of Tintin magazine, along with Hergé, E. P. Jacobs and Paul Cuvelier. He is best known for two comics series, namely 'Alix' (1948), which is set in the Roman age, and 'Lefranc' (1952-1961, 1977-1982), which follows the adventures of a journalist. But he also created various other historical adventure series, such as 'Jhen' (1978), 'Arno' (1983)', 'Orion' (1990), 'Kéos' (1991) and 'Loïs' (2003). Renowned for his highly realistic artwork and meticulous documentation, Martin's comics are widely seen as artistic highlights. He illustrated various columns for the Belgian comics magazine Tintin too and was creative advisor for the weekly between 1953 and 1972. Martin made major graphic contributions to albums in Hergé's 'Tintin' series as well. His reputation in the field of historical comics is such that he is one of the few comics artists respected and used by historians as reliable educational literature. In a time when many publishers still censored nudity Martin was one of the first Franco-Belgian artists to draw such scenes in mainstream comics, following his quest for historical authenticity. Martin saw himself essentially as a storyteller. Therefore he has worked with a great number of assistants and co-workers since the 1970s. Text (c) Lambiek