Dans la collection de mariol
Triptyque en hommage à Boris Vian par Guillaume Sorel - Planche originale
1072 

Triptyque en hommage à Boris Vian

Planche originale
2000
Techniques mixtes
65 x 100 cm (25.59 x 39.37 in.)
Planche 1
Planches 2 et 3
Planche 4
Dans ses encadrements...

Description

Triptyque de Guillaume SOREL en hommage à Boris VIAN

Inscriptions / Signatures

Les 3 pièces sont signées par G. SOREL et la centrale rend hommage à Boris VIAN avec l'insciption "A boris"

Commentaire

Violence, perversité, sadisme, alcool, meurtre… voilà ce que contiennent les livres controversés de Boris Vian parus sous le pseudonyme de Vernon Sullivan et c’est à cette facette de l’auteur que rend hommage Guillaume Sorel.

Première planche, nous découvrons un personnage collectionneur et épingleur de mouches, lisant en cachette des magazines féminins, nostalgique, enfantin et broyant du noir au point de se cacher pour voler et boire ses propres bouteilles de vin. Accentué par le rétrécissement successif de la taille des cases, nous le voyons s’enfoncer de case en case dans un état psychique de plus en plus marqué.
Tout est mis en scène pour nous amener vers cette double planche centrale pleine de folie et de monstruosité, avec laquelle la couleur rouge apparait et prend tout son sens pour illustrer tous les sujets si chers à Vernon Sullivan…
En découvrant la quatrième et dernière planche, nous apprenons finalement que toute cette folie n’est autre que sortie de l’imagination débordante d’un écrivain, attablé devant sa machine à écrire. Toutefois, ce soulagement n’est que de courte durée, une ambigüité persiste… l’écrivain ressemble à s’y méprendre au personnage "fictif", torturé et meurtrier des trois premières planches. Autre singularité, le revolver sur sa gauche et ces cases qui se rétrécissent pour finir de couleur rouge, de couleur sang probablement…

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un hommage particulièrement habité. Il ne laisse personne indifférent et aussi surprenant que cela puisse paraitre, toute le monde reste impressionné par sa taille, sa démesure et sa qualité graphique et narrative, au point de supplanter la monstruosité qui devrait s’en dégager… allez comprendre !
Comme quoi, il ne faut jamais s’arrêter sur une première impression…

Publication

  • Boris Vian
  • Vents D'ouest
  • Page intérieure

A propos de Guillaume Sorel

Guillaume Sorel est né à Cherbourg. Son grand frère l'initie rapidement aux joies de la BD avec Comès et Pratt. Mais c'est Jonathan de Cosey qui nourrit plus particulièrement son goût pour le dessin. Il passe un BEP génie civil, puis entre aux Arts appliqués de Lyon avant d'arriver aux Beaux-Arts à Paris. Son parcours lui permet d'envisager l'art graphique sous toutes ses formes. Il démarre sa carrière dans l'illustration de jeux de rôles chez Oriflam, Casus Belli ou encore Descartes. C'est d'ailleurs là qu'il fait la connaissance de Thomas Mosdi avec lequel il réalise L'Île des morts. Sorel enchaîne alors les albums avec une aisance déconcertante. Son style révèle une grande admiration pour l'univers gothique et joue sur le contraste et la torture des couleurs. C'est au festival de Bruxelles, alors qu'ils étaient nommés tous les deux pour un prix, qu'il rencontre Mathieu Gallié. Leurs goûts convergent autour des mêmes centres d'intérêt, Walter Scott, Stevenson et... le whisky ! Autant d'éléments qui se retrouvent dans les aventures d'Algernon Woodcock. Une fable à mi-chemin entre les chroniques d'un médecin de campagne écossais et l'imaginaire celtique, le tout mâtiné d'accents de malt bien tourbés. Texte © Delcourt

Thématiques


3 commentaires
Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter
9emeart Génial en effet, c'est juste grandiose!
21 juin 2015 à 19:18
pajan Whaouh, comment suis-je passé à coté de cette pièce dans ta galerie! j'adore! pour avoir découvert jeune les écrits sulfureux Vernon Sullivan, Brisavion enfin bref le grand Boris, cet hommage de Sorel est génial!
21 mai 2015 à 09:17
fabcollection Superbe ! Merci pour la Description !
5 janv. 2014 à 19:00