1516 

SOS Météores pl 56

Planche originale
Encre de Chine
50 x 37 cm (19,69 x 14,57 in.)

Description

Sos Météores pl 56. Signée E.P.Jacobs

Commentaire

Sos Météores pl 56. Signée E.P.Jacobs

Un soir de 2016 après la fermeture, avec Daniel Maghen dans sa galerie. Il a sorti d’une pochette un tas de trésors. Cela fait quelques semaines que j’entends parler de ces planches de Jacobs qui seraient sorties en nombre. Elles ne sont pas visibles sur sa galerie. Il les ramène de Bruxelles et il me dit qu’il en a même quelques unes de nouvelles, ce qui peut me laisser espérer voir mieux que le troisième ou quatrième choix des collectionneurs qui ont pu voir le reste avant moi.
Je contemple les planches les unes après les autres, les épisodes s’enchaînent; il y a peut-être une quarantaine de planches. L’espadon et ses touches de crayon. Les symétries magnifiques de la Pyramide. Rien sur la Marque Jaune. Un peu d’Atlantide. La planche qui correspond à mon strip du Piège Diabolique. Et tout d’un coup apparaissent quelques planches de SOS Météores. Beaucoup plus grandes que les autres. Beaucoup plus belles. C’est donc ça le secret de cet album dont la beauté sort du lot dans la production de Jacobs. Le dessin de Jacobs dans SOS Météores est à son meilleur. Il allie finesse, détails, ambiance.
Et voici cette planche, fourmillant de vie et de détails.
Je reconnais le Méphistophélès de la case 4, dont j’avais admiré le crayonné dans une expo au CBBD de Bruxelles en 2004.
Et Charles Trenet en case 2. Et je me souviens du témoignage de Viviane Quittelier dans son livre « témoignages inédits ».
Jacobs lui avait raconté tout ce qu’il avait mis de lui dans cette page.
Dans l’histoire, cette page se situe vers la fin, quand un gaz toxique se répand sur la région parisienne, provoquant une hilarité qui conduit à la mort. Bien sûr nos héros, Blake et Pradier en tête, ne sont pas là pour rigoler. Ca fronce des sourcils, ce sont des gars sérieux, eux.
Jacobs en profite pour évoquer sa vie à travers la foule ; sa petite fille (par alliance) Viviane raconte qu’il lui aurait décrit ainsi cette page:
« Ici dans la case 2, c’est moi tel que j’étais le soir de mes noces(…) On me voit sous les traits de Charles Trenet. (…) Je tiens une rose rouge qui symbolise le bouquet de fleurs de Ninie le jour de notre mariage. »
Ca, ça l’a bien traumatisé, le pauvre Edgard, que Ninie se fasse la belle avec un autre. Les rivalités et les amours déçues sont en fait un ressort dramatique important de l’oeuvre de Jacobs qui sous-tend les rancunes de ses personnages. Olrik par exemple emprunte beaucoup à Henri Quittelier, qui lui avait « piqué » Jeanne (avec qui il a fini par se mettre en ménage sur ses vieux jours) et qui est la grand mère de Viviane. D’ailleurs, dans SOS Météores, Olrik se déguise en « Monsieur Henri », le choix du nom est sans équivoque…
Il est alors logique plus loin, de l'entendre faire allusion à une revanche à prendre sur Olrik lorsqu'il continue de décrire cette planche:
« Je profite du passage de la voiture pour montrer au lecteur les grimaces que je faisais à Olrik dans la Marque Jaune. Le type réplique en disant « Hou Hou ». »
C’est ce dessin des cornes du diable en case 4.
Chaque case qui ne montre pas directement Blake ou Pradier semble en fait avoir une histoire personnelle à raconter sur Jacobs.
Ainsi les cornes ne pourraient-elles pas être celles du cocu autant que celles du diable?
Laissons Jacobs continuer son témoignage:
« A l’arrière, la dame qui danse, c’est Ninie »
Il faut savoir ici que Ninie était danseuse de revue. C’est comme ça qu’ils s’étaient connus avec Edgard quand celui-ci était chanteur d’Opéra.
"Celui qui est assis pour lire son journal, c’est Jacques Van Melkebeke »
Jacques Van Melkebeke était le meilleur ami de Jacobs, rédacteur en chef caché du premier journal de tintin, collaborateur (mot choisi) d’Hergé et Jacobs pour leurs scénarios, encreur des premières pages parues du Secret de l’Espadon, et modèle physique de Mortimer comme on peut le constater ici (en lui imaginant un petit collier de barbe).
« L’homme debout à l’extrême droite avec un chapeau en papier et qui se prend pour Napoléon, c’est encore moi. »
A noter encore sur cette case en particulier comment l’encrage marque les différents plans de l'image, plus gras sur les avant plans, intermédiaire pour le diable et très fin pour les personnages d’arrière plan.

Jacobs a la rancune tenace envers Quitellier/Olrik et le représente sur la case suivante (ce n'est pas Olrik dans l'histoire), comme quelqu’un qui lui est passé devant, lui a barré la route et face à qui il a dû s’effacer :« Dans la case 5, le peintre Henri Quittelier tels qu’il était, lorsqu’il m’a salué le jour où je l’ai croisé en traversant une rue dans le centre de Bruxelles. En dessous de son chapeau tu peux apercevoir mon ombre. »
Jacobs qui se réduit à l’état d’une ombre sous la coupe de son rival : tout cela a l’air un peu fumeux, mais pourquoi pas?
« J’ai dessiné le reste dans la case 8: un de mes gants en cuir, mon chapeau, mon calepin, et une dernière lettre adressée à Ninie qui s’éloigne à l’arrière du bus. Elle est assise à gauche et son compagnon tient la barre à deux mains. »
Au sujet de cette case, Jacobs dit encore « on se croirait à la Libération »
On peut encore remarquer comment Jacobs module la finesse de l’encrage dans ses différents plans.
Sur tout ce fond référentiel personnel, Viviane commente dans son livre: « Edgar se décarcasse pour intégrer dans son oeuvre des faits de sa vie privée, jusqu’aux moindres détails, dût-il y consacrer un temps fou! S’il travaille lentement, c’est qu’il vise la perfection en permanence. »

La case juste à droite sert à poser un pavé de texte dont il a le secret (textes qui ont plutôt épargné le reste de la planche)…

Même constat de la variété d’encrages de Jacobs sur la case qui voit le bus arriver. Un premier plan très net dans le rétroviseur qui théâtralise la stupeur du conducteur. Un regard hypnotisé, renforcé par un énorme point d’exclamation, et le bus tout en hachures à l’arrière plan, qui montre que la palette de Jacobs est bien plus complexe que de la simple ligne claire.

Reste pour finir un strip typiquement Jacobsien, mais pas tout à fait symétrique, encadré par Pradier, la Renault Frégate bien en vue au milieu. Tellement bien en vue que c’est l’image qui a servi pour la collection des véhicules de Blake et Mortimer chez Hachette.

C’est évidemment un régal supplémentaire de pouvoir poser devant la planche un objet 3D dont il est issu (voir visuels additionnels).

Publication

  • S.O.S. météores
  • Blake Et Mortimer
  • 01/1989
  • 978-2-87097-015-7
  • Page 53

A propos de Edgar Pierre Jacobs

Edgard Félix Pierre Jacobs, plus connu sous le nom d'Edgar P. Jacobs, né le 30 mars 1904 à Bruxelles et mort le 20 février 1987 à Lasne (Belgique), est un auteur de bande dessinée belge. Edgar P. Jacobs est le créateur de la série des Blake et Mortimer, et un des collaborateurs d'Hergé.

39 commentaires
Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter
Edoardo80 Immense
6 juil. 2018 15:09
Carbonnieux Une mention spéciale pour ce commentaire d'exégèse à propos d'un grand Classique de la Haute époque de la bande dessinée européenne ! Tu nous offres finalement une autre façon de lire cette planche pourtant réduite au silence pour le lecteur !
9 sept. 2017 13:34
SUPERNATURAL Planche superbe ! Merci pour le commentaire complet
28 mai 2017 20:43
Mzee Du très beau Jacobs. Bravo.
9 mai 2017 19:25
MC71 De la ligne claire habitée. Quelle séquence !
7 mai 2017 13:44
Busch La planche avec Trenet, cela ne m'étonne pas de toi: l'autre fou chantant... ;-)
3 mai 2017 22:23
HAL9000 Des cases, des crayonnés et maintenant une planche. Un grand bravo !
3 mai 2017 19:41
salome3544 Bravo pour ce descriptif de haute volée, Daniel !
3 mai 2017 15:02
blazoc La magie de 2DG réside probablement autant dans les commentaires des membres collectionneurs que dans les visuels HD des planches que l'on peut y trouver. Cette analyse, Daniel, est probablement l'une des plus intéressantes que j'ai pu lire sur le site (sans flatterie aucune : nous ne nous connaissons pas). Un rêve de passionné. Lorsque l'on analyse une planche, on est rapidement frustré de ne pouvoir expliquer telle ou telle option, ou la présence d'un détail étonnant (ce diable burlesque en est l'exemple parfait : l’intuition nous clame que sa présence n'a rien de fortuite). Et là, bingo : les explications affluent, de la bouche du créateur lui-même. Et l’on réalise à quel point une planche ne se résume pas à son encrage plus ou moins fouillé, la présence de bulles vides ou pleines, la pluie ou le clair-obscur, l’emploi de la couleur directe ou séparée, le choix du feutre ou du pinceau, etc. : non, une planche, ce sont les tripes et le cœur d’un artiste, son histoire personnelle qu’il nous livre parfois de manière codée. Seuls les observateurs ou collectionneurs avisés, sachant conserver l’œuvre, l’interroger de manière obstinée, lui consacrer du temps et étudier son contexte, pourront - un jour peut-être - résoudre l’énigme. Posséder une planche est une chose, la comprendre se mérite. Quel travail d'investigation! Un régal. L'analyse de cette ligne claire "augmentée", dont le jeu subtil sur l'épaisseur des traits inspire encore nombre d’auteurs contemporains, est particulièrement intéressante. D’un point de vue personnel, les jeux de contrastes de cette planche me fascinent : contraste entre la folie des personnages et le trait chirurgical de Jacobs, opposition frontale et suspendue entre les premiers/arrière plans, déséquilibre - clairement assumé - entre les cases fourmillant de détails et cette case blanche s’adressant - d’un bloc - au lecteur, tel un poste de radio que l’on aurait oublié d’éteindre… L’habituelle symétrie bien ordonnée de la ligne claire explose ici - tel en vent de folie -, sans pour autant renier les codes fondateurs de B&M. Vraiment, un ajout 2DG majeur.
3 mai 2017 11:15
ThierryStark Belle trouvaille, magnifique planche d'un grand maître pour un exégète passionné ! Bravo
2 mai 2017 21:14
JD Excellent choix d'une séquence atypique dans l'oeuvre de Jacobs ! Bravo !
2 mai 2017 19:56
Inkdelirium Une superbe planche et un commentaire XXL dont seul un passionné a le secret. Bravo!
2 mai 2017 19:46
SupHermann Splendide! Super choix
2 mai 2017 19:11
Zenitram et bien voilà du lourd !! Belle séquence de l'album .
2 mai 2017 18:49
DalKAIII Sublime et passionnant! .... et quelle 9 ème case! ;)
2 mai 2017 18:41
Nicfit Merci pour cette belle grande Jacobs !
2 mai 2017 13:30
BC Chapeau bas. Merci pour ces partages, planche et commentaire. Une pièce qui semble désormais se trouver à sa juste place...
2 mai 2017 13:15
colonelolrik Du Jacobs pour moi c'est toujours une belle entrée !!!!!!! bravo !!!!!!!!!
2 mai 2017 09:17
Mac merci pour ton commentaire, et bravo pour cette acquisition. belle planche.
2 mai 2017 07:25
MorgnThorg Tout est magnifique... du commentaire à la planche!
2 mai 2017 06:29
Sam06 Une magnifique planche dont le commentaire lui donne une dimension historique! Et un graal qui prend place dans une collection de haut vol!
2 mai 2017 01:11
mary Très belle planche ! Dieu que c'est beau une planche de jacobs une fois expurgée de son babillage incessant !!!
1 mai 2017 22:19
Zizanion Une oeuvre magistrale rendue plus attachante grace au contexte autobiographique. Merci pour ce partage.
1 mai 2017 22:07
DoctorFeelgood Tiens El Cascador a changé de pseudo
1 mai 2017 22:00
Morpheus Une page magnifique et un très grand souvenir de lecture !!
1 mai 2017 21:55
philq SOS est aussi mon album préféré bravo de ce bel achat et quelle description !
1 mai 2017 21:53
pajan Très belle planche. Merci pour la description !
1 mai 2017 21:40
Greyspirit Une planche de rêve pour un vrai passionné, mais maintenant cela risque d'être difficile de trouver mieux :)
1 mai 2017 21:13
Flamby69 Bravo Daniel pour cette acquisition ! Quelle belle planche qui est superbement décrite par un vrai passionné ...
1 mai 2017 21:09
MM60 En effet une une description passionnante! On touche le mythe la, BRAVO!!!!
1 mai 2017 21:01
Kiki06 Superble PLanche Du meilleur Blake Et Mortimer ! Bravo à vous Pour votre description et Du clin d'œil "auto"!
1 mai 2017 20:54
bobfish01 un album atypique...et une planche atypique ! excellent choix et merci du partage
1 mai 2017 20:48
Spirou Merci pour ce descriptif grâce auquel on apprécie davantage cette planche de folie.
1 mai 2017 20:18
ludogrid Magnifique pièce du mythe avec un descriptif passionnant comme à l'accoutumé !
1 mai 2017 20:04
tzynn Une bien jolie planche, dont il fallait aller chercher la signification qui la rend très intéressante
1 mai 2017 19:53
jfmal Chouette planche, beau dessin et on sent même un certaine liberté dans les arrières plans, ce qui est peu courant chez Jacobs. Et puis cerise sur le gâteau, cette signature dans la dernière case. C'est un beau cadeau que tu t'es fait là, Daniel!
1 mai 2017 19:52
TontonCalou Merci et bravo pour ce commentaire exégétique.
1 mai 2017 19:52
Difool Commentaire fort érudit, qui permet d'apprécier cette planche à sa juste valeur.
1 mai 2017 19:44
michael07 Merci de ce superbe partage. .Et bravo à toi pour avoir réussi à accrocher une planche d un auteur que tu adores
1 mai 2017 19:37