Dans la collection de Spirou 
634 

« - Si je voyais mon argent tomber dans cette sébille, j'en serais malade ! - Ne craignez rien, ma bonne dame... », 1955.

Illustration
Gouache

Commentaire





Georges PICHARD : gouache originale pour la couverture de la revue mensuelle LE RIRE n° 196 de décembre 1956. Signée en bas à droite.


« - Si je voyais mon argent tomber dans cette sébille, j'en serais malade ! - Ne craignez rien, ma bonne dame... ».



Une danseuse hyper sexy dont on conçoit bien que les atouts puissent rendre furax une mégère moralisante. Les femmes de Georges PICHARD ont un je-ne-sais-quoi de très enthousiasmant. Et dire qu’il y a des gens assez sots pour haïr les Roms, les Gitans, les Manouches, ou les Tziganes… La Esmeralda du bon vieux père HUGO a pourtant tout pour être aimée. ;-)



A propos de Georges Pichard

L'un des principaux représentants de la bande dessinée pour adultes de son époque, Pichard aime surtout mettre en scène des femmes bien en chair aux prises avec l'adversité, comme Blanche Épiphanie, Ténébrax et Paulette sur des scénarios de Georges Wolinski. C'est cette série, publiée pendant des années dans les premières pages de Charlie Mensuel, qui le fait réellement connaître en France. Ce sera ensuite Caroline Choléra, et Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope, dont le graphisme reste l'un des plus élaborés jamais entrepris par l'auteur. Son dessin est influencé par l'art nouveau, Robert Crumb et le marquis de Sade pour la thématique. À partir de 1977, Georges Pichard entame une carrière d'auteur complet et s'engage davantage vers des œuvres érotiques, voire pornographiques, comme MCPM (Maison de correction Princesse Mélanie), Madoline, La voie du repentir, La Perfection Chrétienne. Ces albums sont encore interdits dans certains pays.

Thématiques

  • #pinup
  • #carpet
  • #earrings
  • #guitar
  • #dance

2 commentaires
Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter
flober75 Super chouette !
14 août 2017 23:27
YoannB Super !
7 juil. 2016 16:15