In Sam06  's collection
Morris- LUCKY LUKE- La Diligence- couverture originale du magazine PEP - Original Cover
441 

Morris- LUCKY LUKE- La Diligence- couverture originale du magazine PEP

Original Cover
1968
Gouache
26.5 x 36.5 cm (10.43 x 14.37 in.)
Share
Couverture magazine PEP

Description

Lucky Luke - La diligence Encres de couleur sur papier pour la couverture du n° 26 de l'hebdomadaire hollandais Pep publié le 29 juin 1968.
Morris realisait souvent plusieurs illustrations pouvant servir de couverture d’album, de magazine au autres.
Provenance : Famille de l'artiste


Un album qui représente pour moi une veritable madeleine!

Inscriptions

Signée

Comment

« La Wells Fargo passe toujours »
Cité souvent comme un des meilleurs albums de Lucky Luke, La Diligence est un hommage au film de John Ford, La Chevauchée Fantastique.
La première publication a lieu dans le magazine Spirou, du numéro 1504 (9 fevrier 1967) au numéro 1525 (6 juillet 1967). L’album paraitra en 1968. Cet album sera le premier de la seconde serie de Lucky luke édité par Dargaud et le premier qui utilisera le célèbre slogan trouvé par Gosciny "l'homme qui tire plus vite que son ombre ».
A noter la première apparition de Hank Bully, le conducteur habile de la Wells Fargo!
Celui-ci apparaitra ensuite dans les albums Le Fil qui chante, La Fiancée de Lucky Luke et Belle Star. Il est la caricature de l'acteur américain Wallace Beery.

Morris excellait dans les couleurs. Comme plusieurs dessinateurs le soulignent dans le catalogue 100 ans 100 œuvres. Extraits:

MIDAM: « Quand Morris s’occupait lui-même des couleurs, par exemple sur des illustrations, c’était une vraie merveille, la couleur n’etait pas un simple aplat simple, il travaillait la matière… »
FRÉDÉRIC JANNIN: « Je sais que ses collègues étaient époustouflés par sa maîtrise du pinceau très fin et ses aquarelles à l’allure si désinvolte. »
PHILIPPE RAVION: « Ses mises en couleurs, si inventives par leurs partis pris et leur minimalisme ne sont pas là pour faire joli mais pour servir le récit, pour accrocher plus rapidement la rétine du lecteur.»
LI-AN: « Et les couleurs de Morris! J’en ai souvent discuté avec ma coloriste Laurence Croix qui adore ses choix radicaux… »
FRANÇOIS AVRIL: « Plus jeune je trouvais qu’il ne s’emmerdait pas trop avec les couleurs avec ses personnages tout rouge ou tout bleus! Plus tard j’ai compris. Quelle modernité! »
JOCHEN GERNER: « Les planches de Lucky Luke sont des expériences chromatiques totales! Ciels jaune citrons, visages rouges ou bleu pâle, murs vieux rose, architecture rouge vermillon. La couleur éclatante et décalée comme première sensation visuelle. »
DOMINIQUE BERTAIL: « Chaque illustration de couverture marque les esprits à vie. Ce sont des images signalétiques percutantes. Une couleur dominante marquante, un gag muet compréhensible par tous qui resume parfaitement le contenu. Morris est un affichiste hors pair, digne de Savignac, qui ferait le bonheur de tout sémiologue qui se respecte. »

Et j’en passe, tous dithyrambiques sur l’artiste et son oeuvre.
Je finirai avec ZEP et sa Postface:
« Lorsque j’étais enfant, je garnissais ma chambre des albums de Lucky Luke. Chaque couverture était à mes yeux, comme un tableau de grand maître et j’avais la sensation de vivre dans un musée.
Aujourd’hui encore, son dessin exerce sur moi de la fascination. Morris a du inventer des choses! Chaque personnage eet une trouvaille graphique. Sa mise en scène, d’apparence dilettante, est en fait impeccable. Et puis, il a ces couleurs!
Les deux fois où j’ai rencontré Morris, j’ai essayé de le faire parler sur ce sujet. Pourquoi ces choix étranges? Son désert mauve, ses mexicains bleus, ses Dalton rouges dans la nuit orange? Il répondait simplement que, son dessin n’étant pas réaliste, ses couleurs n’avaient pas besoin de l’être non plus.
Morris n’était pas très bavard quand à son art et il ne disait évidement pas tout. Les couleurs créent l’ambiance, l’émotion, la musique d’une bande dessinée. Quelle étrange bande originale Morris avait-il en tête? Du pedal steel guitar? Du rock psychédélique? Ce monsieur tranquille, à l’éternel noeud papillon prenait-il des champignons hallucinogènes? On ne le saura jamais. Reste son oeuvre, immense. »

Je pense personnellement que c’est juste de l’art! Avec un grand A.

Thematics


28 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About Morris

Maurice de Bevere, known as Morris, was a Belgian comic strip artist best known as the creator in 1946 of Lucky Luke, a popular series that he drew until his death, either alone or in collaboration with various scriptwriters, including René Goscinny. He first described comics as the "ninth art" in the 1965 issue of Spirou.