For sale - Lucky 9 – Page 174 – Hiroshi Kaizuka - Comic Strip
57 

Lucky 9 – Page 174 – Hiroshi Kaizuka

Comic Strip
Ink
25 x 35 cm (9.84 x 13.78 in.)
Price : 300 €  [$]
Share

Description

Planche originale – technique encre de chine – format 35x 25 – année 1969

ラッキ-9
Lucky 9 – Tome 4
Planche 67
Publication dans Akita Publishing Shōnen et Mina Shobo – Hiroshi Kaizuka complete works
Crayon bleu et encre de Chine sur papier

Comment

Hiroshi Kaizuka (1938-) est un mangaka japonais
Il a commencé comme auteur de Kashihon en 1957. En 1958, il a commencé la série « Kurikuri Pitcher » au « Omoshiro Book » (Shūeisha). Depuis, il a publié de nombreux succès et s’est forgé une réputation de mangaka pour garçons. Lorsque « Shonen Jump » a été publié pour la première fois en 1968, il a soutenu les débuts du magazine en tant qu’artiste manga vedette.
Il a publié un magazine manga intitulé « Manga Mania », avec les contributions de Kaizuka lui-même, Tsudajiro, Yasumi Yoshizawa, Toshio Shoji et d’autres.

Biographie par Ludovic pour une de ses oeuvres https://www.2dgalleries.com/art/lucky-9–9-195760
Kaizuka débute comme auteur dans les magazines de location – Kashihon – dès 1957. En 1958 il commence sa série phare Kurikuri Pitcher, manga de baseball publié dans les suppléments de shonen Shueisha. Il publie de nombreux mangas à succès sur le thème du baseball dont Fight Brothers, Fastball sun ou encore Lucky 9. Certains, comme Lucky 9, mêleront les genres et si ce n’était le jeune héros en tenue, n’auront pas grand rapport avec le sport évoqué. En quelques années, Kaizuka se forge une solide réputation d’artiste manga pour jeunes garçons. Outre ses shonen sportifs, il publie également de nombreuses histoires ayant pour héros un jeune aviateur de la seconde guerre mondiale (Zero Battle Red étant le plus connu). Lorsque Shonen Jump est publié pour la première fois en 1968, il en est l’artiste vedette et soutient le titre avec ses multiples publications.

Par la suite, il crée son propre magazine Manga Mania, publication dans laquelle se côtoient recherches sur le média et histoires dessinées. En dehors de son propre travail, il y accueille des dizaines de dessinateurs assistants ou mangakas parmi lesquels Yasumi Yoshizawa ou Toshio Shoji. Grâce à ses divers mangas, à son travail de recherche et de promotion, et aux multiples assistants qu’il aura accompagnés, Kaizuka est parmi les mangakas les plus influents des années 50 et 60.

To leave a comment on that piece, please log in