In Vertommen 's collection
La Patrouille des Castors - Sur la piste de Mowgli - Planche 29. by MiTacq, Jean Michel Charlier - Comic Strip
676 

La Patrouille des Castors - Sur la piste de Mowgli - Planche 29.

Comic Strip
1956
Ink
Recto : mine de plomb, encre de chine, stylo bille bleu, gouache blanche. Verso : indications de couleur aquarellées.
43.5 x 29 cm (17,13 x 11,42 in.)
De la feuille de dessin.
Planche avec mise en couleur vue par transparence.
Strip 1 et 2.
Strip 1 et 2 avec mise en couleur vue par transparence.
Strip 3 et 4.
Strip 3 et 4 avec mise en couleur vue par transparence.
Verso avec aquarelle pour la mise en couleur.
Long résumé manuscrit par le dessinateur au stylo bille bleu sur la marge supérieure.
Spirou N°983 du 14 février 1957 - Page 11.
Vusuel de la composition de la planche pour aider à la compréhension de l'analyse détaillée de cette planche.

Description

Planche 29 pour la quatrième histoire de La Patrouille des Castors "Sur la piste de Mowgli".
Recto : mine de plomb, encre de chine, stylo bille bleu, gouache blanche sur feuille à dessin.
Verso : indications de couleur aquarellées sur feuille à dessin. Cachet avec indication permettant de suivre le cheminement de la planche au niveau des dates.
Dimension (de la planche) : 290 x 435 mm.

Inscriptions

Long résumé manuscrit par le dessinateur au stylo bille bleu sur la marge supérieure. Instruction du correcteur à la mine de plomb couleur bleu. Signée dans la dernière case.

Comment

"Sur la piste de Mowgli" est le 4ème album de la série de bande dessinée « La Patrouille des Castors » dessinée par MiTacq sur un scénario de Jean-Michel Charlier.
Il a été prépublié dans le journal Spirou entre le 15 novembre 1956 (N° 970 avec une annonce, en haut de page, par Franquin) et le 18 avril 1957 (N° 992).
La planche présentée ici a été prépubliée, en page 11, dans le Spirou N° 983 du 14 février 1957 (voir visuel).

Elle a été, ensuite, recueilli sous forme d'album en 1959 pour la première édition originale.
Plusieurs rééditions s'ensuivirent et nous retrouvons cette histoire, en mars 2011, dans le tome 1 de l’intégral de la série.

Trente aventures de la patrouille des Castors seront publiées. Jean-Michel Charlier a assuré le scénario jusqu'en 1980 (album N° 22 – prisonniers du large), MiTacq reprenant l'écriture en plus du dessin pour les albums restants. Pour le scénario, il sera parfois aidé par ses amis scénaristes Marc Wasterlain ou Stoquart(1).

La Patrouille, composée de cinq scouts (Parisiens) auxquels se joindra parfois un invité occasionnel, est, d’une certaine manière, une patrouille scoute « modèle », composée comme suit(2) :

- Le chef de patrouille est Poulain perspicace : entraînant, courageux, jovial. Très observateur. Accomplit au moins une bonne action par jour. Badges : Coureur des bois, explorateur, traqueur, secouriste, nageur, athlète. Il a quinze ans.
(Chef de Patrouille à la Joubert avec des cheveux brun à la brosse, il se nomme Jean) (3).
- Chat tout à tous. Aime rendre service. Loyal. Son devoir avant tout. Toujours de bonne humeur. Ses badges : Sauveteur, meneur de jeu, pionner, stalker (traqueur). Il a également 15 ans comme Poulain.
(La doublure de Poulain. Il est chargé de l’animation scoute (veillées, feux…) et se nomme Michel (ou Baudouin) Bayard. Son père dirige un réseau de ventes) (3).
- Faucon discret a quinze ans également. Posé, réfléchi, il aime la science et surtout la nature. Badge : Naturaliste et signaleur.
(C’est l’intellectuel du groupe, toujours plein d’idées. Son physique est inspiré de Jean Jacques Schellens, collègue et ami scout de MiTacq. Il se nomme Frédéric (Fred ou Freddy) Bridoison. Ce "fort en thèmes" brun à lunettes à un père qui est ingénieur chimiste et biologiste) (3).
- Tapir affamé à quatorze ans. C’est le Gribouille de la patrouille : un peu "râleur", jamais rassasié. Colérique, mais bon cœur. Lorsqu’il le veut, réalise des choses étonnantes. A accompli sa promesse, mais n’est pas pressé d’avoir da 2ème classe.
(Le petit chéri de MiTacq, il se nomme Prosper Lebedon à des cheveux châtains et ses parents sont traiteurs à Ménilmontant) (3).
- Mouche laborieuse, treize ans, est timide. Manque de confiance en soi, parce que le plus jeune. Mais tente toujours de faire de son mieux. Pas encore accompli sa promesse.
(C’est le benjamin du groupe à protéger. Il est roux avec des taches de rousseur et son nom n’a jamais été mentionné, mais cela pourrait être Michel puisque c'est le second fils de l’illustrateur Pierre Joubert qui lui a servi de modèle) (3).
- Quand à Lapin et Buffle, qui ont participé, l’un à l’aventure de Grosbois, l’autre à celle de Ker-Aven, ils sont des scouts libres. Les castors les avaient invités à camper …
Un autre scout apparaît dans un court récit, Le Gouffre du Val d'Enfer (1956), un certain "Sanglier".


En 1951, engagé par Georges Troisfontaines à la World’s Publicity Press(4), MiTacq va y dessiner une vingtaine de récits de l' "Oncle Paul"(5) et des travaux variés d'illustration pour « La Libre Junior » et les planches didactiques du "Coin du petit curieux".
Il illustre en parallèle un « Marabout-Junior »(6) pour son collègue et ami scout Jean-Jacques Schellens avant de projeter, avec lui, le lancement d’une BD, "La Patrouille des Castors".

La World’s Publicity Press(4) accepte le principe, mais en confie le scénario à Jean-Michel Charlier, qui recomposera en partie la petite troupe prévue et assurera l'écriture des vingt deux premiers épisodes pour le journal de Spirou, de 1955 à 1980.
MiTacq et Jean-Michel Charlier ont été tous deux scouts mais contrairement à son dessinateur, le scénariste n’avait guère la "fibre scoute". Cela explique sans doute pourquoi la série met davantage l’accent sur des aventures "classiques" que sur des activités spécifiques.

Mitacq déclarait à Hop !(7) « que si sa série fut publiée dans Spirou, c’était pour complaire à la fameuse Commission de la Loi de 1949 ».

Il est à noter que dès le début, les auteurs ont eu du mal à donner de l’importance à tous les personnages.
Faucon et Mouche seront encore en retrait dans cette 4ème histoire et cela se remarque dans cette planche présentée ici.

Au cours de leurs aventures, les Castors connaîtront une évolution tant sur le plan graphique que sur le plan narratif. On peut voir les personnages vieillir. Au cours de la série, ils troqueront ainsi leurs chemises bleues de scouts-éclaireurs (douze-dix-sept ans) contre une chemise rouge de pionniers (quinze-dix-sept ans), suivant en cela la réforme de 1964 des Scouts de Belgique. Ils quitteront assez tôt les paysages nationaux pour s'envoler régulièrement à l'autre bout du monde.

En 1960, MiTacq n'hésite pas à prêter son crayon à "La Patrouille des Zoms"(8), parodie de ses propres Castors, de 1968 à 1979, sous les traits de véritables "castors" dans des parutions dans le journal de Spirou.

Concernant les autres créations de Mitacq, cela fera l’objet d’une autre présentation.


Aussi, avant d'entrer dans l'analyse détaillée de cette planche, est-il bon d'observer l'architecture générale de cette dernière (voir visuel pour vous aider).
La planche est divisée en 10 vignettes en ayant les cases de la même grandeur sauf la deuxième (V2) et la dernière (V10) qui sont deux fois plus large que les autres.

La première bande (strip) est identique que la quatrième.
La deuxième et troisième bande (stip), centre de la planche, ont des cases identiques.
Cette symétrie soutient l’ensemble des plans formant une unité de sens concernant cette séquence évoquée dans cette planche.

Parlons maintenant de la mise en page de cette planche.
Le choix des points de vue, des cadrages et de l'agencement des vignettes dans cette planche n’ont pas été pris à la légère.
Mais n’avons-nous pas affaire à un orfèvre en la matière avec Jean-Michel Charlier comme scénariste ? (Loin de moi de minimiser l’apport de Mitacq qui, par sa connaissance des techniques de dessin, se doublant d'une sensibilité artistique, a fait, comme celle présentée ici, de très belles planches).

Les sentiments que les auteurs cherchent à faire passer, en mettant les héros en difficultés de sorte qu'ils aient l'occasion de manifester leurs qualités à leur juste valeur, permet de maintenir l’attention des lecteurs dans cette phase de l’histoire ou la patrouille est en danger.

De la V1 jusqu’à la V8, nous avons un instantané de la patrouille en mouvement. Ce mouvement assurant un enchaînement spécifique entre les vignettes.
De même, nous avons une simultanéité des raccords de mouvement et des raccords de direction assurant la progression, de la patrouille, par divers angles de vues avec un arrière et un avant-plan qui change, contribuant à la lisibilité, à l’ambiance et à l’interprétation de cette scène qui assure, pour l’œil du lecteur, la séquence de cette planche.

Les V1, 2, 3, 5 et 6 bénéficient d’un travelling latéral permettant aux personnages de sembler traverser l’image d’un côté à l’autre, créant ainsi l’illusion du mouvement en obligeant l’œil à les suivre. C’est tellement bien fait que le dessinateur n’a même pas besoin d’y placer la traduction des mouvements que sont les tirets de mouvements.
Comme déplacement nous avons d’une part, en V1 et V2, de droite à gauche et d’autre part, en V3 et V5, de gauche à droite. L’ensemble contrebalancé, en V4, par une vue frontale.
Les V6, 7 et 8 bénéficient d’une vue en plongée (perspective cavalière). Si elle situe les personnages dans l’espace, les uns par rapport aux autres et par rapport à leur environnement, elle permet également de dramatiser la scène en donnant un sentiment d’écrasement, d’infériorité, voire de menace sur nos héros représentés.
La V9 en aplat d’encre de chine noir vient équilibrer la planche en étant symétrique avec la V1. Toutes les deux représentant leur scène respective en plan éloigné.
Ce cadre horizontal de la V10, qui termine cette planche, permet de mesurer le danger via une vue en plongée. Le décor n'a plus beaucoup de place. Ce qui est important, c'est la situation.
Le suspense est entretenu par cette vue, en plongée, suscitant une attente dont le lecteur sera libéré en tournant la page (lors de sa prépublication, il fallait attendre une semaine).


Nous avons donc la première bande (strip) qui, avec la V1 et V2, plante la scène de la séquence de la planche.
La deuxième et troisième bande (strip), composant le centre de la planche (de V3 à V8) ont des vignettes, de mêmes formes et de mêmes dimensions, qui se suivent pour favoriser une lecture rapide, une accélération.
La V9 et V10 sont par contre statique et centre l'intérêt du lecteur sur ce qui va se passer. C'est un temps lent qui autorise le lecteur de reprendre son souffle et de lui permettre de mieux appréhender le danger qui est maintenant bien visible.




1 Jusqu'à son décès à Loverval, le 22 mai 1994
2 Tel que présenté par Mitacq dans la rubrique "Le Fureteur vous dira" dans le Spirou numéro 931 du 16 février 1956 en page 05.
3 Complément d’information de Vertommen.
4 Qui se francisera bientôt en World's Presse pour terminer en World Press.
5 Signés Balou, son nom totémique, en ses débuts, puis il opte définitivement pour MiTacq (provenant de son nom Michel Tacq).
6 "Seul maitre à bord", le numéro 3 de la jeune collection.
7 Magazine Hop ! Numéro 46 de février 1990.
8 "La patrouille des Zom" :
- Mini-récit, Spirou N° 1134 (07/01/1960) - Mitacq ;
- Récit de 4 planches, Spirou N° 1459 - MiTacq et Devos ;
- Récit de 8 planches, Spirou N° 2914 - MiTacq et Delporte ;
Reproduit en fac-similé à la fin du tome 3 (2012) de l'Intégrale des Castors.


Pour compléter cette présentation, la lecture de "Jean-Michel Charlier vous raconte …" Par Gilles Ratier mérite d’être faite et cela à plus d’un titre.

Publications

  • Sur la Piste de Mowgli
  • Dupuis
  • 01/1959
  • Interior page
  • Intégrale 1 (1954-1957)
  • Dupuis
  • 03/2011
  • Interior page
  • Les castors - sur des pistes incertaines
  • Dupuis
  • 04/1990
  • Interior page

About MiTacq

Born in Uccle, Michel Tacq spent his childhood in Farciennes and Brussels. Ever since his early childhood, Tacq was involved in scouting, a movement that has been of influence his entire career. He assumed the pseudonym Mitak and developed the comic strip 'Tam Tam', which appeared in the movement's magazines in 1944 and 1945. 'Tam Tam' also appeared in book collections, published by José Henin and De Beiaard. Tacq then moved on to do illustration work for Spirou, Des Grands Recits and the scouting publications Plein-Jeu and Carrefour. By now, he began using the pseudonym MiTacq. In 1951, he joined the World Press agency of Georges Troisfontaines and his comics career really took off. He illustrated several episodes of 'Les Belles Histoires de l'Oncle Paul', scripted by Octave Joly in Spirou. His long and fruitful collaboration with Jean-Michel Charlier took off in 1954 with the publication of the first episode of 'La Patrouille des Castors', in the magazine Spirou. 'La Patrouille des Castors', an adventure series about a group of scouts, became Tacq's trademark series. Starting in 1960, MiTacq sporadically illustrated 'La Patrouille des Zoms', a parody on the Castors, written by Yvan Delporte. Text (c) Lambiek

Thematics

  • #onomatopoeia
  • #wolves
  • #palmtrees
  • #children
  • #glasses
  • #woods
  • #firearms
  • #running

3 comments
To leave a comment on that piece, please log in
stephane Très belle planche qui nous plonge dans l'Aventure si caractéristique de la série.
Sep 20, 2017 8:17 AM
Flupke Très belle planche!
Sep 17, 2017 11:58 AM
ayrton Très bon choix que cette planche d'un des grands classiques de Dupuis et un excellent commentaire rédigé par un vrai passionné
Sep 17, 2017 10:00 AM