In Berny 's collection
La mémoire d'Abraham by Ersel, Jean-David Morvan, Frédérique Voulyzé, Studio9 - Comic Strip
331 

La mémoire d'Abraham

Comic Strip
2010
Ink
42.1 x 29.9 cm (16,57 x 11,77 in.)

Description

La mémoire d'Abraham.
Planche originale de la série « La mémoire d'Abraham ». Réalisé par Ersel (Erwin Sels).
Il s’agit d’une page très richement détaillée. Cette page concerne la page 43.

Comment

érusalem, an 70. Assiégés par les légions de Titus, les habitants voient leurs espoirs d’échapper au joug romain s’envoler dans les flammes qui dévorent le Temple de Salomon. Pour Abraham, le scribe, l’heure de l’exil a sonné. Avec femme et enfants, il quitte la Ville Sainte pour un ailleurs indéterminé. En route, il croise des légionnaires qui le somment de remettre les rouleaux qu’il a emportés. Face à son refus, les soldats violent son épouse sous les yeux de ses deux fils, puis la laissent se suicider. Malgré cette perte, Abraham poursuit sa route jusqu’en Égypte où il s’installe avec Élie et Gamliel. Quelques années plus tard, leur père mort, les garçons ont chacun choisi leur voie. L’aîné a repris le métier paternel et s’accommode de la souveraineté de Rome, tandis que le cadet, devenu rabbin, travaille au soulèvement de ses coreligionnaires contre l’ordre établi.

Marek Halter fait figure de monument, non seulement comme militant actif du respect des Droits de l’Homme, contre l’antisémitisme et pour la Paix au Proche-Orient, mais aussi comme auteur à succès retraçant dans ses romans certaines annales du peuple juif. L’adaptation en bande dessinée de La Mémoire d’Abraham, best-seller international paru en 1983, est l’occasion de découvrir son oeuvre la plus connue ainsi que la saga d’une famille qui s'étend sur deux millénaires. L’écrivain supervisant la copie de Jean-David Morvan (Sillage, Nävis, Au bord de l'eau, [i)Trois... et l'ange), et de ses collaborateurs, Frédérique Voulyzé (Taras Boulba, Les aventures de Tom Sawyer) et Yann Le Gall, la conservation de l’esprit et de la lettre de l’ouvrage semble tout à fait garantie. Et, elle l’est.

De la fin d’un monde, au travers de la chute d’une ville, à l’insurrection d’une communauté juive vers 110, Les chemins de l’exil ouvre le premier volet d’une fresque qui s’annonce, d’ores et déjà, aussi intense que riche. Plongeant le lecteur au début et au cœur de la Diaspora, ce récit, empreint par moments d’accents plus littéraires, voire lyriques, est doté d’une narration fluide, au ton juste, mesuré et ne versant jamais dans un excès mélodramatique. Dans les pas d’Abraham, Élie et Gamliel et de dizaines d’exilés entraperçus, les auteurs dépeignent tour à tour le traumatisme du déracinement, les dommages collatéraux d’une loi de la guerre qui supplante tout ou presque, ainsi que l’installation dans une terre d’accueil ou encore la transmission d’un héritage, celui de la mémoire et de la souffrance, auxquelles s’ajoutent, selon les caractères, l’acceptation d’un sort contraire ou la haine de la puissance dominante. Par ailleurs, en filigrane, se dessinent également certains aspects, encore timides pour le moment, des relations ambiguës entre la communauté juive et les pouvoirs, de quelque confession ou époque qu’ils soient, auxquels elle a dû se frotter au fil des siècles. La confrontation entre le scribe et le général Placidus l’illustre bien, le second reconnaissant l’érudition du premier et confessant en avoir besoin.

D’un drame à l’autre, les tribulations de la famille d’Abraham et de ses descendants se mêlent à l’Histoire et sont entrecoupées, en milieu et en fin d’album, par un aller-retour à la fin du XXe siècle, afin de mettre en scène un Marek Halter attelé justement à la rédaction du best-seller adapté ici. Il s’agit là de souligner un peu plus l’importance de la passation de la mémoire, collective et individuelle, assignée à l’écrivain, mais aussi de laisser entrevoir le caractère plus ou moins autobiographique du récit. Enfin, pour porter cette saga, il a été décidé de faire appel à plusieurs artistes, chacun œuvrant sur l’un des tomes, tandis que toutes les couvertures seront signées Grzegorz Rosinski (La Complainte des landes perdues, Thorgal, La vengeance du comte Starbeck). Celle de ce premier opus donne le ton avec son maelström de silhouettes en plein combat, dont se détachent le visage d’un sage juif, le profil d’un Romain, un candélabre à sept branches et les murs du Temple incendié. Derrière cet alléchant tableau, Ersel (Disparitions, Médée, Le Zouave) dessine les pages de ce premier volume, assisté par Steven Dupré (Kaamelott, Interpol), pour les scènes où apparaît Marek Halter. Si le graphisme des deux auteurs reste de facture assez classique et s’avère parfois figé, il se révèle néanmoins plaisant et réaliste.

Ouvrant une série prometteuse, Les chemins de l'exil permet de découvrir un grand roman et une page d'Histoire poignante.

Publication

  • Les chemins de l'exil
  • Casterman
  • 08/2010
  • Interior page

About Ersel

Erwin Sels, who uses the pseudonym Ersel, was born in Antwerp in Belgium as the son of comic artist and longtime Vandersteen collaborator Frank Sels. He followed in his father's footsteps, and became one of his assistants on the 'Silberpfeil' comic for the German market for five years until the end of it's run in 1986. Since then, Ersel has overseen the reprints of his father's work, including the completion of the science fiction comic 'Op Zoek naar Alfadir' (2004) and the 'Silberpfeil' reprints by Wick Comics. Text (c) Lambiek

To leave a comment on that piece, please log in