In lsu38  's collection
Gaston Lagaffe by André Franquin - Comic Strip
5564 

Gaston Lagaffe

Comic Strip
1980
Ink
39.5 x 30.5 cm (15.55 x 12.01 in.)
Share
Planche couleur
Signature et détails dernière case
Page de titre
Pages de garde
Album "Il était une fois... les Belges"
Texte lié à la planche
Les idées noires (planche 33)
Slowburn
Planche encadrée
Lithographie numérotée/signée

Comment

Gaston Lagaffe
Dessin: Franquin André
Idée/Scénario: Ide Paul
"Il était une fois... les Belges" 1980
Tome 19 "Faites Gaffe à Lagaffe" 1999
30.5/39.5 cm

Contexte:
Gaston est probablement le personnage le plus symptomatique de l'œuvre de Franquin et celui qui paraît également l'avoir le plus amusé. Pourtant ce sera entre deux grosses périodes de dépression, en plein travail sur ses célèbres "Idées Noires" qu’André Franquin dessinera cette planche. Gaston se fait alors de plus en plus rare dans les pages du journal de Spirou.

Nous sommes fin 1979, pour les 150 ans de la Belgique dont la célèbration se déroulera en 1980, on demande aux dessinateurs de bande dessinée du pays d'illustrer un album, "Il était une fois... les Belges". Parmi ces auteurs, Hergé pour la couverture mais également, et entres autres, Peyo, Morris, Will pour ne citer qu'eux. Franquin, avec ce gag, clos cet album. On retrouve également une case de cette planche en pages de garde et sur la page de titre (voir images additionnelles). Cette planche sera reprise dans l'album 19 de la série en 1999.

La planche:
Nous retrouvons Gaston chez lui, il ouvre du reste la porte en peignoir et ne met son fameux pull vert à colle roulé que dans la cinquième case! Cette planche est l'une des rares où il est représenté dans son appartement (l'autre étant le gag n°500) mais Franquin fait bien attention de n’en pas dévoiler trop, il dira dans une interview à ce propos; "... tenez, je n'ai même pas osé dessiner l'intérieur de sa maison. Ce doit être tout à fait spécial, et, pour le moins, d'une complication effroyable. Tout le charme du personnage vient de sa fantaisie. Pourquoi l'éclairer alors que l'ombre lui va si bien?". En ce début des années 80, Gaston s'est tourné vers l'écologie et nous en donne ici un bel échantillon avec cette invention qui touche sa voiture... la fameuse voiture de Gaston, sa Fiat 509 qui apparait pour la première fois en 1964 dans le gag n° 321. Franquin dira à son propos "Le modèle appartenait à un copain. C'était une ruine! Elle se déplaçait dans une nuée d'huile brûlée. Elle était fantastique et pittoresque. Elle se traînait sur la route dans un nuage de fumée bleue permanent... J'avais peur de cette auto dans laquelle poussaient des champignons. Quand j'avais repris cette voiture pour en faire celle de Gaston, mon copain l'avait vendue mais je la connaissais tellement bien que je l'ai dessinée de mémoire. J'aimais bien cette voiture. Elle occupe une place dans mon cœur". Franquin et son Gaston sont en pleine "guerre des parcmètres". Longeneus ici n'est autre que le Longtarin flamand, personnage récurrent de la série, arrivé pour la première fois dans les pages de Spirou en mai 1965 sous le nom de "Grostarin".

Idées noires et années Fluide Glacial:
Si l’on regarde cette planche de près (les bâtiments de la dernière case, les grues et les palissade de la troisième case, les panneaux "interdiction de…"), on peut voir cette ville, cette vie en transformation, en mutation, cette ville moderne des années 80 que Franquin n’affectionnait pas. Comme à son habitude alors, il truffe sa planche d'une multitude de détails comme les petites souris ou, en premières cases, quelques objets déjà utilisés par Gaston dans d’autres gags (patins à roulettes, clé à molette, parapluie). La case avec le chat est typique des années "Fluide Glacial" de Franquin et sa collaboration avec Gotlib (clin d’œil à leur chat "Slowburn" ?). Quant aux grues elles ne sont pas sans ressemblance avec celles effrayantes du gag 33 des "idées noires" (voir image additionnelle). Et pour finir, la signature "vivante" de Franquin avec ici son "(80)" et son "Effaceur de Graffiti" mécontent.

Style graphique:
Libéré, le dessin de Franquin est foisonnant, vif, complexe, caractéristique de cette période de son œuvre. Il dira dans une interview à Numa Sadoul en 1986; "... voilà un sujet qui me préoccupe beaucoup depuis un certain temps (...) A force de rajouter, des histoires, des détails, des gags dans les gags, j'ai quand même abouti dans une impasse: la surcharge, le trop-plein pour les yeux, donc le brouillage, le manque de lisibilité. Je ne dirai pas que ça a contribué à ma déprime directement, mais c'est un souci qui me hante depuis assez longtemps pour m'avoir nettement perturbé.". Il faut voir cette planche de ses propres yeux pour réellement apprécier la finesse du trait du maître. Pour information, le petit personnage de la signature (voir images additionnelles) fait 1.2 cm de haut, et que de détails! Franquin n'aura jamais cessé de faire évoluer son trait tout au long de son œuvre et restera le plus féroce critique de son travail jusqu'au bout et ce malgré une reconnaissance qui se rapproche du culte autant chez ses lecteurs que chez ses confrères!

Un tirage de tête de l'album "Il était une fois... les Belges" sera tiré à 150 exemplaires. Chacune des différentes planches y est reproduite en lithographies signées et numérotées par les dessinateurs. Il est aujourd'hui difficile d'en trouver un exemplaire complet car la tentation a été forte de vendre à la pièce ces lithographies signées des plus grands auteurs!

Et pour terminer, on notera que 35 ans plus tard cette planche semble encore être terriblement d'actualité!

Publication

  • Édition spéciale 40e anniversaire
  • Marsu Productions
  • 12/1999
  • Interior page

Thematics


47 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About André Franquin

André Franquin is undoubtedly the grandmaster of the so-called "School of Marcinelle", the group of artists that worked for the magazine Spirou during its heyday in the 1950s and 1960s. A true legend in the world of comics, Franquin earned countless fans, both for his series in general, as well as his dynamic, energetic and vivid drawing style. Between 1946 and 1969 he succeeded Jijé on Spirou's title character 'Spirou'. Franquin enriched the franchise by creating longer, more complex and ambitious narratives. He also introduced several characters still used by his successors, including the Count of Champignac, the Mayor of Champignac, Zorglub, Zantafio, Seccotine and one of the world's most strangest animals, the Marsupilami, who'd inspire a succesful spin-off series of its own. Franquin is unanimously regarded as the best artist 'Spirou' ever had. Above all he was a comedic genius. He crafted some of the funniest gag comics ever made, such as about the couple 'Modeste et Pompon' (1955-1959) and of course his signature series 'Gaston Lagaffe' (1957-1996), about the most incompetent office clerk who ever existed. In the dawn of his career, Franquin started drawing more adult comics as well, of which the nihilistic and satirical 'Idées Noires' (1977) is the most notorious and celebrated. Text (c) Lambiek