In Spirou  's collection
Gaston Lagaffe, 1961. by André Franquin - Illustration
6418 

Gaston Lagaffe, 1961.

Illustration
1961
Ink
Share
Publication.
Le bloc-notes jaune.
L'incontournable ouvrage de référence...
"le Soir", 23 septembre 2017.

Comment



André FRANQUIN : encre de chine et rehauts de gouache blanche pour une illustration de Gaston Lagaffe publiée dans un carnet bloc-notes offert par les Editions DUPUIS (carnet dans sa version jaune, 18 par 12 cm, 1961). Multiples annotations de la main de l’auteur. Illustration de format 25 par 17 cm, sur papier imprimé spécialement par les Editions DUPUIS à partir du milieu des années 1950 pour André FRANQUIN, JIJE, MORRIS, PEYO, Maurice TILLIEUX, MITACQ, Marcel REMACLE, René HAUSMAN etc. Ce papier comporte en gris bleuté de fines lignes permettant de guider le lettrage ainsi que des repères facilitant le calibrage de deux ou trois cases par bande.

[A noter que le carnet bloc-notes bleu des Editions DUPUIS, 15 par 9 cm, 1965, présente une illustration très proche, partiellement calquée sur celle-ci (tâche d’encre) mais bien moins jolie (visage de Gaston moins fin, etc.)].

« GASTON fait une gaffe chaque semaine dans SPIROU » ? « Faut pas les croire ! » s’insurge et rétorque illico le fameux héros-sans-emploi, qui appuie son propos d’un énergique coup de poing sur son bureau. La souplesse, le naturel, la fluidité du mouvement résultent d’un long travail et d’un cheminement artistique exemplaire, tôt amorcé dans des studios de dessin animé, à l’aube d’une carrière époustouflante. L’expressivité du visage et de l’attitude corporelle tient dans de multiples détails tels que les sourcils arqués, la bouche grande ouverte sur une rangée de dents et une langue apparente, ou les poings fermés de colère. Pour dessiner une tâche d’encre aussi réaliste et naturelle, il est évident que l’artiste s’est livré à une observation très fine sinon à une expérience élémentaire sur la façon dont se répartit physiquement un liquide brutalement renversé. Tout est juste ici, aussi bien le trait, la composition, que le slogan accablant le plus gaffeur des employés « de chez DUPUIS ». Cerise sur le gâteau, ce dessin est un gag en lui-même, c’est une gaffe, et une gaffe « oubliée » par tous les maquettistes des multiples « intégrales » et « rééditions ultimes » de la série Gaston Lagaffe. M’enfin ??!




#books

Publication

  • Petites histoires originales
  • Asbl Musée Jijé
  • 2016-11-24
  • Front cover

Thematics


33 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About André Franquin

André Franquin is undoubtedly the grandmaster of the so-called "School of Marcinelle", the group of artists that worked for the magazine Spirou during its heyday in the 1950s and 1960s. A true legend in the world of comics, Franquin earned countless fans, both for his series in general, as well as his dynamic, energetic and vivid drawing style. Between 1946 and 1969 he succeeded Jijé on Spirou's title character 'Spirou'. Franquin enriched the franchise by creating longer, more complex and ambitious narratives. He also introduced several characters still used by his successors, including the Count of Champignac, the Mayor of Champignac, Zorglub, Zantafio, Seccotine and one of the world's most strangest animals, the Marsupilami, who'd inspire a succesful spin-off series of its own. Franquin is unanimously regarded as the best artist 'Spirou' ever had. Above all he was a comedic genius. He crafted some of the funniest gag comics ever made, such as about the couple 'Modeste et Pompon' (1955-1959) and of course his signature series 'Gaston Lagaffe' (1957-1996), about the most incompetent office clerk who ever existed. In the dawn of his career, Franquin started drawing more adult comics as well, of which the nihilistic and satirical 'Idées Noires' (1977) is the most notorious and celebrated. Text (c) Lambiek