Crayonné de Spirou et Fantasio by André Franquin, Jean-Claude Fournier - Original art
328 

Crayonné de Spirou et Fantasio

Original art
circa 1968
Pencil
21 x 27 cm (8.27 x 10.63 in.)
Détail action
Détail de la case 2 planche 13
Crayonné de Fournier issu de son storyboard original.
Planche 13 du Faiseur d'or
Croquis de Franquin, extrait de l'intégrale 9 de Spirou et Fantasio
Croquis de Franquin, extrait du TL du Faiseur d'or (éd. Black & White)

Description

Croquis correctif correspondant à la case 2 de la planche 13 du récit Le Faiseur d'or. Première histoire de Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier suite à sa reprise de la série, après André Franquin.

A ce moment de l'histoire au château de Champignac, le Marsupilami s'est emparé du bouchon de vidange de la camionnette de Zantafio, qui a enlevé le comte. Spirou, Fantasio et Zorglub souhaitent examiner le bouchon en question mais le Marsupilami s'amuse avec... Et c'est alors que Zorglub décide de passer à l'action...

Sur ce crayonné, Spirou est étonnamment travaillé, Zorglub n'est qu'esquissé mais suffisamment pour le reconnaître ; quant à Fantasio, il ne s'agit que d'une silhouette qui reproduit l'expression recherchée. Après avoir croqué les personnages en pied, André Franquin souligne la réalité de la case avec cette ligne prononcée qui marque la limite inférieure de celle-ci. Il jette également sur le papier les lignes de fuite des personnages, de même qu'une ligne passant au-dessus de Zorglub et traversant la tête de Fantasio qui marque l'arrière-plan (le laboratoire du comte dans la case finale).

Comment

En 1968, André Franquin décide d'arrêter la série Spirou et Fantasio, tout en gardant le Marsupilami pour lui. L'éditeur choisit ensuite Jean-Claude Fournier pour le remplacer. Fournier persuade néanmoins Franquin de lui laisser le Marsupilami pour sa première histoire mais Franquin veut le dessiner.

Franquin va aussi aider Fournier en "corrigeant" ses planches. À l'époque, Fournier travaille à Paris et Franquin à Bruxelles. Fournier envoie donc ses planches crayonnées à Franquin. Les croquis correctifs, parfois annotés de conseils écrits, sont réalisés sur un support papier très léger, quasiment un calque, que Franquin accole directement sur les planches. Franquin, par ses croquis et conseils, corrige la mise en scène de l'histoire ; comme il avait pu déjà le faire avec Will pour Tif et Tondu dans les années 1950 et comme il le fera avec Jannin pour Les Démêlés d'Arnest Ringard et d'Augraphie dans les années 1970 et avec Batem pour Le Marsupilami dans les années 1980.

Par rapport au storyboard crayonné (cf. images additionnelles, merci à Trichoco), qui est le préalable du travail de Fournier, on voit des différences avec la case finale. Mais il manque l'étape de la case crayonnée sur la planche originale. Entre-temps, Fournier a encré son crayonné en suivant, quasiment, les conseils de Franquin (cf. images additionnelles).

Quels ont été les apports exacts de Franquin sur cette case ? Difficile à dire car aucune mention écrite ici. Néanmoins, cette case de l'album a bien été corrigée par Franquin, ce qui signifie que même si la case crayonnée de Fournier était différente de son storyboard initial, elle l'était aussi de la case encrée au final. Si on joue au jeu des comparaisons entre la case du storyboard et le croquis de Franquin, on remarque des changements de position des personnages. Dans le storyboard, les trois héros sont installés côte-à-côte et regardent dans la même direction, vers le Marsupilami. Fantasio semble fâché, Zorglub souriant et Spirou étonné. Dans le croquis de Franquin on a un jeu de mouvements et de regards, forcément plus riche. C'est Spirou, décalé à gauche, qui semble maintenant fâché en regardant le Marsupilami, Zorglub allie la parole au mouvement, en regardant Spirou, tandis que Fantasio joue l'étonnement en regardant Zorglub. Chaque personnage en regarde un autre différent, se renvoyant des émotions également différentes. Enfin, sur le crayonné de Franquin, aucun des trois personnages n'est sur le même plan, accentuant la facilité de lecture des différentes interventions des personnages. C'est une leçon de lisibilité et de mouvement dans une scène pourtant quasi statique !

Si, comme on l'a dit, l'encrage final de Fournier est très proche du croquis de Franquin, il y a néanmoins quelques petites différences. Fournier a par exemple limité les écarts de plans entre les personnages, Zorglub et Spirou se retrouvant à la même hauteur. La position des mains de Zorglub diffère également. Enfin, à l'encrage, le Spirou de Fournier à l'air moins contrarié que celui de Franquin, notamment à cause du dessin des sourcils et des poings serrés disparus au final.

Pour se donner une idée de la collaboration des ses deux auteurs sur cet album, on peut voir plusieurs de ces croquis correctifs de Franquin dans le tome 9 de l'intégrale Spirou et Fantasio, publié chez Dupuis en 2010 et dans le Tirage de Luxe de l'album Le Faiseur d'or des éditions Black & White paru en 2016 (cf. images additionnelles).

Publication

  • Le faiseur d'or
  • Dupuis
  • 01/1976
  • Extra

About André Franquin

André Franquin is undoubtedly the grandmaster of the so-called "School of Marcinelle", the group of artists that worked for the magazine Spirou during its heyday in the 1950s and 1960s. A true legend in the world of comics, Franquin earned countless fans, both for his series in general, as well as his dynamic, energetic and vivid drawing style. Between 1946 and 1969 he succeeded Jijé on Spirou's title character 'Spirou'. Franquin enriched the franchise by creating longer, more complex and ambitious narratives. He also introduced several characters still used by his successors, including the Count of Champignac, the Mayor of Champignac, Zorglub, Zantafio, Seccotine and one of the world's most strangest animals, the Marsupilami, who'd inspire a succesful spin-off series of its own. Franquin is unanimously regarded as the best artist 'Spirou' ever had. Above all he was a comedic genius. He crafted some of the funniest gag comics ever made, such as about the couple 'Modeste et Pompon' (1955-1959) and of course his signature series 'Gaston Lagaffe' (1957-1996), about the most incompetent office clerk who ever existed. In the dawn of his career, Franquin started drawing more adult comics as well, of which the nihilistic and satirical 'Idées Noires' (1977) is the most notorious and celebrated. Text (c) Lambiek

Thematics


3 comments
To leave a comment on that piece, please log in
marcelinswitch Merci ! ça faisait longtemps que j'étais inscrit pour admirer et parfois informer. De récents petits achats m'ont remis dans les originaux et m'ont fait sauter le pas de créer ma modeste galerie.
Mar 27, 2019, 12:26 PM
Barttallica Nice!
Jan 6, 2019, 8:06 PM
Spirou Très chouette pièce. Bienvenue à toi sur 2DG !
Jan 5, 2019, 10:41 PM