In Valerian  's collection
Bilal  Crux Universalis  diptyque by Enki Bilal - Comic Strip
2811 

Bilal Crux Universalis diptyque

Comic Strip
1975
Ink
45 x 70 cm (17.72 x 27.56 in.)
45 cm x 35 cm par planche
Share
Crux1
Crux2

Description

Planche 1 et 2

Inscriptions

Datée et signée

Comment

Publications :
Le diptyque présenté ici correspond au 2 premières planches de l’histoire en noir et blanc dont le titre, Crux Universalis, a donné son nom à une compilation de travaux d’Enki Bilal réalisés entre 1974 et 1981, principalement des couvertures et quelques histoires très courtes.
C’est avec cette histoire de 7 planches, datée de 1975, que l’on plonge dans le corps de ce recueil de réalisations de l’artiste. Le titre correspond au nom de l’ordre religieux auquel appartient le personnage principal de cette première histoire. Ce récit a fait l’objet également d’une prépublication dans le magazine « Métal Hurlant » n° 6 de 1976.
L’histoire :
Enki Bilal n’hésite pas à recourir à l’anachronisme en transposant dans le futur les réalités du passé, pour raconter de manière indirecte ce qui est contemporain.
Ainsi, ce personnage religieux, Goraan VIII, grand prêtre galactique, sorte de moine guerrier armé d’une épée, qu’il manie avec une volonté farouche. Enki Bilal pourrait s’inspirer ici de l’ordre religieux des templiers. Outre l’épée, le personnage porte également une bannière où figure une croix. Même si le reste de la tenue d’inspiration militaire est plus récente, et reflète peut-être l’influence de l’ex-bloc communiste dont l’univers de l’auteur porte tellement la trace. Ce personnage violent et halluciné se déplace dans un univers lunaire, accompagné d’un robot volant, représentant sa conscience, et lui permettant de communiquer avec les dieux…
Cette histoire est vraisemblablement une dénonciation de la montée de l'obscurantisme religieux, avec ce grand prêtre galactique décapitant à tour de bras des démons à son image. Ce qui semble assez bien traduire le message selon lequel nos propres démons sont avant tout en nous même… Le fondamentalisme religieux sera dénoncé à nouveau par Enki Bilal, dans Le sommeil du monstre, paru en 1998. Album qui décrit par anticipation l'effondrement des tours du World Trade Center.
Cette histoire préfigure ainsi plusieurs thèmes chers à l’auteur, qu’il s’emploiera à développer plus tard.
L’auteur :
Né d'une mère tchèque et catholique et d'un père bosniaque et musulman, Enki Bilal aborde souvent la religion sous l'angle du fondamentalisme. « L'obscurantisme que je mettais en scène dans « Le sommeil du monstre » était musulman - à cause des talibans -, mais je n'ai pas voulu charger une seule religion. D'abord, parce que l'islam est une religion qui vit sa crise d'adolescence, comme celle qu'a connue le christianisme il y a quelques siècles avec les croisades ou la Saint-Barthélemy. Elle est plus jeune, c'est tout. Ensuite, parce que, selon moi, dans le fondamentalisme, toutes les religions se rejoignent ». Origine de la citation : Le Point Culture 27/4/2006.
La technique :
Les planches de ce diptyque sont d’une qualité graphique remarquable ! Enki Bilal est dans la technique du modelé au trait, ombres et reliefs à la plume, proche de la gravure, qu'il utilisera pleinement jusqu’à l’album « Les phalanges de l’ordre noir ». Il s’investit ainsi totalement sur ces 2 planches, qui présentent une densité d’encrage impressionnante, et une multitude de hachures avec lesquelles il modèle les reliefs et donne de la profondeur à ses paysages.

Publication

  • Crux Universalis
  • Les Humanoïdes Associés
  • 01/1982
  • Interior page

41 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About Enki Bilal

Enki Bilal, the son of a Czech mother and a Bosnian father, spent the first nine years of his life in Belgrade, where the ghost of World War II still haunted everyday life. The Bilal family moved to Paris in 1961, where Enki Bilal was drawn to comics and cinema. He started at Pilote in 1972, making illustrations, covers and short stories. Three years later, Bilal met writer Pierre Christin, with whom he created several comics by combining comic strips with photos, including 'Légendes d'Aujourd'hui', 'La Croisière des Oubliés' and 'Partie de Chasse'. In 1980 he began his award-winning 'Nikopol-trilogy', including the books 'La Foire aux Immortels', 'La Femme Piège' and 'Froid Équateur'. Besides these comics activities, Enki Bilal started working in film, theater and opera. He created sets, costumes and posters for a theater play and worked on two feature films. Apart from these and other occupations, like photo retouching and glass painting, Bilal published 'Le Sommeil du Monstre', the first installment in his Hatzfeld tetralogy, in 1998. He published the last volume of this series about the the breakup of Yugoslavia from a future viewpoint, in 2007. Text (c) Lambiek