In philofanfan  's collection
2003 - Isaac le Pirate : La Capitale - C'était une très jolie rencontre. - by Christophe Blain - Comic Strip
1196 

2003 - Isaac le Pirate : La Capitale - C'était une très jolie rencontre. -

Comic Strip
circa 2003
Ink
Case-case : 42.5 x 32.5 cm
Share
Encadrement
Planche 2, case 9
Planche 4, case 1
Planche 5, case 12
Planche 8, case 8
Planche 8, case 14
Planche 11, cases 6-7
Planche 12, cases 3-4
Planche 12, case 8
Planche 13, case 6
Planche 16, case 2
Planche 18, case 2
Planche 19, case 3
Planche 20, case 7
Planche 24, cases 11-12

Description

Planche réalisée en 2003 ou 2004
Planche 26 extraite du Tome 4 " La Capitale " de la série Isaac le Pirate

Inscriptions

Signée par Christophe Blain en bas à droite

Comment


Résumé
(enfin...pas tant que ça) de l'album (jusqu'à cette planche) :


La discontinuité et l'ellipse sont au principe du langage de la bande-dessinée et Christophe Blain représente à mes yeux un des chantres de l'ellipse en bande-dessinée.
Alors, pour résumer les vingt-cinq planches antérieures à celle présentée ci-dessus, j'ai essayé à mon tour de me prêter à cet exercice périlleux du langage elliptique. N'est décidément pas Blain qui veut :-)
En une série de quatorze cases choisies parmi les vingt-cinq planches précédent celle-ci, l'exercice - évidemment arbitraire - doit (en théorie) permettre de comprendre le contexte de cette planche 26 sans avoir nécessairement lu l'album.


La planche
:


19 cases, rien que ça ! Record égalé avec la planche 31 de ce même album : La Capitale. Et record tout court pour Blain !
Ce quatrième opus est (et de loin) l'album le plus " découpé " de la série devant Olga (le tome 3) et de toute la production (à ce jour) de l'auteur. C'est d'ailleurs assez frappant de constater comme son découpage a (très) rapidement évolué entre Les Ogres (2000) et La Capitale (2004). Aucune planche des Ogres ne contient plus de 3 strips et 9 cases (15 planches contiennent 9 cases... 9 gaufriers).

La Capitale s'organise comme suit :

19 cases : planches 26 et 31
17 cases : planches 35, 42, 43 et 44
16 cases : planches 13, 15, 22, 25, 27, 29, 30 et 32
15 cases : planches 7, 20, 23, 33, 34 et 41
14 cases : planches 1, 6, 8, 9, 11, 14, 24, 28, 36 et 45
13 cases : planches 4, 5, 10, 19,
12 cases : planches 3, 12, 18, 37, 38, 39 et 40
11 cases : planches 2, 17 et 21
10 cases : planche 16
9 cases : planche 46

Cet épisode d'Isaac contient donc 656 cases réparties sur 46 planches ; soit une moyenne de plus de 14 cases par planche ! A travers le prisme brutal de ces chiffres, et au-delà de ces chiffres : c'est bien de la façon qu'à Blain d'appréhender la bande dessinée dont il est question.

En 2001, lorsqu'il s'entretiendra avec Hugues Dayez dans le cadre de la parution à venir chez Niffle de La nouvelle bande dessinée, il dira à propos du retour au gaufrier et plus largement à propos de la bande dessinée encombrée, truffée d’effets de cadrages : «cette BD-là, c’est de la couillonnade ! Ce sont les dessinateurs qui essaient des trucs de cinéma, alors que ça ne présente aucun intérêt de faire des grandes cases allongées avec juste un regard en gros plan dedans ; ce sont des effets un peu bidon ! Si j’ai été d’emblée séduit par le gaufrier, c’est parce que son côté simple permet de mieux se concentrer sur la recherche picturale, et d’avoir un aspect « livre pour enfants » qui me plait beaucoup».

Pas de gaufrier ici..." juste" dix-neuf cases. Mais le principe reste le même, inchangé : en raconter le maximum en une planche. Et le reste ?... Le Paris pittoresque des arabesques de Blain, celui en toc, en carton-pâte, celui qu'il se plait tant à dépeindre avec ses lumières expressionnistes. Une nuit charbonneuse, brumeuse - si nous étions au bord de la mer j'écrirais pleine d'embruns -, insondable. Des cloches qui sonnent et interrompent avec rudesse les élans et étreintes du pirate envers sa bien-aimée (d'un soir). L'appel du devoir définitivement plus fort que la bagatelle. Le compagnon d'infortune au nez aussi affirmé que le caractère. La chausse-trape, enfin. Le coup-fourré, l'embuscade, les emmerdes... tant de choses peuvent se passer en 19 cases :-)

Un grand et chaleureux merci à son ancien propriétaire qui a consenti à me la céder sans qu'il eut été nécessaire de le menacer ;-)

Publication

  • La capitale
  • Dargaud
  • 07/2004
  • Page 28

23 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About Christophe Blain

After an economics education, Christophe Blain pursued artistic studies in Paris and Cherbourg. He made his first comics while he was in the army. These diary-like comics were published by Albin Michel in 1994 in 'Carnet d'un Matelot'. Now a professional illustrator, he cooperated with magazines like Astrapi, Okapi and Science et Vie Junior, as well as the publishing houses Albin Michel, Casterman, Nathan and Le Seuil. Blain went to work in comics after meeting Émile Bravo, David B. and Joann Sfar at the Atelier Vosges. Next, Blain worked with scenarist David B. on some stories published in Lapin, as well as 'La Révolte d'Hop Frog', in which he first introduced the characters Hiram Lowat and Placido. Further stories with these characters were published by Dargaud. In 1999, Blain produced the successful album 'Le Reducteur de Vitesse' in the Aire Libre collection of the publishing house Dupuis, and contributed to the series 'Donjon Potron-Minet' by Lewis Trondheim and Joann Sfar. In 2001, he started the series 'Isaac le Pirate' in the colletion Poisson Pilote at Dargaud, which was awarded at the Angoulême festival in 2002. Also in the Poisson Pilote collection, Blain made the philosophical comedy 'Socrate le Demi-Chien' with Sfar. Text (c) Lambiek