In philofanfan  's collection
1991 - Jim Cutlass : L'Alligator blanc - Heavens ! J'ai compris ! - by Christian Rossi, Jean Giraud - Comic Strip
868 

1991 - Jim Cutlass : L'Alligator blanc - Heavens ! J'ai compris ! -

Comic Strip
circa 1991
Ink
Case-case : 48 x 35.2 cm - Verre musée
Share
La planche
Encadrement
Case 1
Case 2
Médaillon
Retouche 1
Case 3
Case 4
Retouche 2
Csae 5
Case 6
Case 7
Case 8
Case 7 et 8

Description

Planche réalisée en 1991 ou 1992
Planche 16 extraite de " L'alligator blanc " Tome 3 de la série Jim Cutlass (une aventure de)

Inscriptions

Signée par Christian Rossi en bas droite

Comment


Résumé de l'album
(jusqu'à cette planche) :


Bien que chouchou du Colonel Barker, notre rouquin est aux arrêts de rigueur.

Les hommes de Bascomb, le gouverneur militaire, ont enquêté sur l'incendie et les émeutes du quartier portuaire de La Nouvelle-Orléans. Et qu'on t-ils découvert ? Que partout où se déclenchait une catastrophe, Cutlass était dans les parages ! L'envoyé de Bascomb allant même jusqu'à prétendre que le rouquin a occasionné dans la ville plus de dégâts que quatre longues années de guerre civile !

Demain, à l'aube, un fourgon cellulaire doit acheminer Cutlass à Bâton-Rouge où il passera en cour martiale.

Pas une minute à perdre donc, il doit absolument retrouver sa cousine, la belle Carolyn, avant le transfert.
L'occasion est trop belle : cette brute de Mc Kee vient le narguer dans la remise où il est fait prisonnier ; assommer ce colosse, enfiler ses frusques et prendre dare-dare la poudre d'escampette...le tour est joué !

Cutlass doit faire vite. Il faut rejoindre l'Hôpital Sainte-Catherine où est soignée Carolyn, tout lui expliquer de la machination dont il est l'objet et reprendre les arrêts de rigueur avant l'aube, sans quoi il sera porté déserteur...
Mais...la chambre est vide, Carolyn n'est plus là : " Damn !...elle s'est volatilisée... " ! C'est alors que le frisé rouquin, sous le battant de la fenêtre de la chambre, découvre un bout de tissus : " Tiens, tiens...un morceau d'étoffe est resté coincé ".

Il s'agit maintenant de savoir si c'est elle qui est partie ou bien si ce sont les gars qui cherchent des poux à Cutlass qui sont derrière cette disparition...


La planche :


Trois strip, huit cases et un médaillon en insert pour cette planche copieuse - notre héros est attablé avec ses amis dans une guinguette/saloon du port de La Nouvelle-Orleans - dont le fil conducteur est le morceau d'étoffe découvert dans la chambre de la cousine Carolyn.
Plan de demi-ensemble, plan américain, plans poitrines, gros plans, très gros plans ; pour restituer harmonieusement (une constante chez Rossi) cette scène, cadencée, de déductions autour d'un repas.
Le trait et l'encrage sont délicats et aussi agréables que la dernière case est amusante.

Christian Rossi est tout en maîtrise et en retenue.

Nota bene : Rossi s'y est repris au moins à deux fois pour dessiner le lumignon qui pendouille du plafond en case 2 et même chose en case centrale pour le visage du personnage en premier plan (davantage perceptibles en images additionnelles). Cela rajoute un petit côté artisanal qui n'est absolument pas pour me déplaire !

Publication

  • L'alligator blanc
  • Casterman
  • 09/1993
  • Page 20

23 comments
To leave a comment on that piece, please log in

About Christian Rossi

Christian Rossi was born in St. Denis, where he developed a passion for comics together with his neighbor, the future comics writer Marc Malès. He studied Photography and Visual Expression at the École Estienne in Paris, while learning the comics profession from Jijé. Although Christian Rossi was strongly inspired by Giraud and Jijé early in his career, he has eventually developed a personal style. He is specialized in drawing westerns and historical comics, that are often filled with occult elements.