Dans la collection de beboun7
2923 

Hugo Pratt - Corto Maltese - Rendez-vous à Bahia

Planche originale
Encre de Chine

Description

Corto Maltese - planche 4 du 3° épisode "Rendez-vous à Bahia"

Commentaire

Pratt Hugo, planche 4 du 3° épisode Rendez-vous à Bahia
Dimensions: 36 x 46.8cm
Encre de Chine, stylo Bic (feuillage d'arrière-plan), tous les phylactères d’origine présents
Parution dans PIF n°59 du 7 avril 1970, album Publicness « Corto Maltese » en 1971 et Casterman « Rendez-vous à Bahia » en 1973.
Traduction Anne Frognier - Lettrage André Schwartz.
Achat 2015 entre privés.

Forcément, tenir dans ses mains une planche d’Hugo Pratt à l’encre de Chine, datant de 1970, d’un épisode de Corto Maltese, en excellent état de conservation et pouvoir se dire qu’elle est pour soi est un immense privilège et une profonde joie. Un rêve accompli.

L’esthétisme global de la planche

D’abord, cette planche est graphiquement splendide. Pratt l’a pensée et réalisée en noir et blanc, il est alors à l’un des sommets de sa carrière graphique et sa maîtrise est totale. Les contrastes d’une case sur l’autre font de cette planche un objet graphique équilibré, les masses sombres alternent avec les détails à la plume et les grandes étendues blanches.
Dans la première partie, le dessin en noir et blanc, avec les effets de contre-jour, fait ressortir la lumière éclatante, le soleil, la chaleur. Cette lumière baissera ensuite peu à peu jusqu’à la dernière case.
La qualité du papier « glacé », resté bien blanc, avec l’encre de Chine renforce ces contrastes qui semblent ne pas avoir bougé depuis 45 ans. Quelques feuillages au Bic rappellent que Pratt utilisait toutes sortes de moyens pour dessiner ses planches. Et au final, la dernière grande case, comme une apothéose.

Une planche qui évoque le personnage et la série Corto Maltese

Sur cette planche Corto est omniprésent. Il est représenté sous toutes les coutures : en pied, en buste, en portrait, de face, de trois quarts, debout, accroupi : une superbe variété de positions. Corto (qui veut dire « rapide » comme le rappelait souvent Hugo) est tel qu’on l’imagine : aventurier en action, qui saute, qui court, qui sort son arme et qui, finalement, s’arrête et écoute. D’acteur, Corto devient alors témoin, passeur de l’histoire. Une planche toute en mouvement qui finit par s’apaiser. « Mon objectif est évidemment de réaliser un dessin très dépouillé, incisif, efficace. Un dessin trop beau, au sens académique du terme, nuit au récit qu’on présente. » Interview Michel Pierre - 1981. Chacune des cases est un petit tableau.

Cette planche permet de cerner une partie de la personnalité de Corto : Corto au grand cœur, qui n’hésite pas à se mettre en danger pour aller secourir l’un des siens, l’aventurier courageux, « au cœur tendre » comme le dit Georges Rieu dans son introduction, mais Corto, également prêt à dégainer, potentiellement violent, sorte de « Dirty Harry » des Caraïbes qui est capable de juger rapidement et d’exécuter sa propre justice. Bref, pas un enfant de chœur non plus. A la fin de l’épisode, il livrera l’avocat Milner, le « vrai » méchant, à Cayenne…. Corto Maltese n’est ni un simple héros, ni un héros simple.

Mais, cette planche m’évoque aussi tout l’univers de Corto. L’action, l’aventure démarre dès la première case, mais s’arrête au bout d’une demi-planche. L’autre aventure, pour laquelle le voyage et la recherche de trésor ne sont que prétexte à la rencontre avec l’autre, l’échange, la tolérance est bien présente dans la deuxième partie. Corto écoute Cayenne, bagnard évadé qui rappelle « Papillon », il cherche la vérité de l’être, il cherche à comprendre. Corto, instinctivement, devient « l’ami » de Cayenne. Son côté libertaire peut-être. Et comme Corto, ainsi qu’Hugo, est fidèle en amitié, il dira à la fin de l’épisode : « Je regrette de le voir partir… mais je suis convaincu qu’un jour nous reverrons Cayenne.». Cayenne, dont les plus beaux portraits sont sur cette planche.

Corto est également ouvert à la rencontre des indiens Caraïbes. Corto, n’a pas de frontière, il se reconnaît dans tous les peuples. Le profond respect d’Hugo pour ces Indiens (comme pour d’autres) est d’ailleurs parfaitement rendu dans leur représentation. Cette dernière composition mise en scène avec 3 indiens de profils sera d’ailleurs reprise par Hugo Pratt à différentes occasions, dont la plus connue est la célèbre couverture en aquarelle de Wheeling datant d’un an plus tard.

Cette planche enfin, permet de voyager dans l’espace et dans le temps. Dans l’espace avec un bout de voilier, de mer, de plage, et l’avancée progressive vers les cocotiers, la végétation plus dense, plus luxuriante, pour finir dans la forêt guyanaise avec les indiens Galibis (ou Caraïbes), dont les chamanes savent lire dans le feu. Bref, un vrai débarquement sur une plage des Caraïbes de sable blanc. Dans le temps, en 1916, avec les évadés du bagne de Saint-Laurent du Maroni…

« Rendez-vous à Bahia » : un épisode clé

Hugo Pratt, en novembre 1969, a 42 ans et se retrouve sans employeur à la suite de l’arrêt de la revue Sergent Kirk. Il repense alors à la proposition de George Rieu, rédacteur en chef de Pif lors d’un déjeuner organisé par Claude Moliterni au festival de Lucca un an plus tôt pour travailler dans ce magazine pour enfant. Pratt racontera avoir imaginé la reprise du personnage de Corto, dans le train le menant de Gênes à Paris. « La Ballade de la mer salée, je l’avais dessiné pour Ivaldi, mais Corto Maltese est né à Pif…Corto Maltese, en fait, c’est avec l’expérience que j’ai acquise durant ces longues années que ce personnage a pris une telle carrure » Hugo Pratt – Entretiens avec C. Moliterni -1985.
Corto Maltese sera l’œuvre de la maturité.

Quoiqu’il en soit, Georges Rieu tient parole et lui permet de créer une série. Grace à lui, Corto Maltese vivra 21 aventures, chacune condensée sur 20 pages. Un bel exercice pour Hugo dans lequel il va exceller. « Rendez-vous à Bahia » est la deuxième histoire publiée par PIF en avril 1970, une semaine après l’apparition du nouveau héros dans son journal. Il s’agit donc du tout début des aventures de Corto, la première planche, titrant « Corto Maltesse » en atteste… La trame de ces premiers épisodes de Pif, Pratt semble y réfléchir depuis quelques années « Oui, je prépare une histoire pour l’Amérique du Sud, un peu politique» raconte Pratt qui est entrain de terminer la Ballade et qui accorde sa première interview pour un fanzine français. Dans cet entretien, le nom de Corto Maltese n’est même pas mentionné... (Interview nov 1968 C. Moliterni pour Phénix 11 -1969.)

Pratt souhaite s’affranchir légèrement des règles et imagine une histoire continue : « Rendez-vous à Bahia » est donc la suite du « Secret de Tristan Bantam ». La rédaction de Pif doit le rappeler à l’ordre pour qu’il imagine ensuite des épisodes séparés. L’histoire est cependant déroutante pour les lecteurs habitués à Rahan et Dr Justice. Elle est multiple, emprunte divers cheminements : ainsi, dans ces 2 épisodes, le lecteur est confronté à l’histoire de la rencontre de Tristan avec sa sœur Morgana, à une histoire de détournement d’héritage par un avocat, d’évadés du bagne au milieu d’Indiens pratiquant le chamanisme et de la recherche du continent Mû. L’histoire est tellement surprenante et complexe pour le jeune lecteur que Georges Rieu doit essayer de s’en expliquer dans un éditorial ! A Pif pourtant, les dessinateurs sont envoûtés par ce personnage hors du commun (voir l’hommage de KAMB, dessinateur de « Couic », deux pages avant l’épisode de « Bahia »)

Pour « Rendez-vous à Bahia », Hugo Pratt pioche dans son histoire personnelle et ses voyages effectués entre 1962 et 1966, entre Brésil, Guyane(s) et Caraïbes. « C’est par l’intermédiaire de Lisboa qu’à Salvador de Bahia j’ai fait la connaissance de la cartomancienne Bouche Dorée qui m’a inspiré pour un personnage de Corto Maltese, et des sœurs Dos Santo, de superbes noires versées dans la magie. Les Dos Santos sont devenues ma famille de Bahia. Avec une des filles Dos Santos, une prêtresse du Macumba, j’ai même eu en 1965 une fille, une belle métisse, Victoriana Aureliana Gloriana Pratt » - (Le Désir d’être inutile – Dominique Petitfaux- 1991). En 1964, il fait même un séjour d’une vingtaine de jours chez les indiens Xavantès au Mato Grosso, d’où naitra un fils, Tebocua. Il y retournera plus tard… « Ce séjour chez les Chavantes fut pour moi une très belle expérience » (Lire et relire « Le ésir d’être inutile » de D. Petitfaux sur cette période). On comprend dès lors son attachement très particulier aux Indiens d’Amazonie, du Brésil ou de Guyane…à tel point que les Indiens qu’il représente ne sont pas des Indiens Galibis mais des Xavantès ! Xavantès que l’on reconnaît à leur collier de coton blanc et au bâtonnet dans les oreilles qu’ils ont le droit d’arborer après l’initiation. Sacré Hugo qui n’hésite pas à déplacer les tribus indiennes de quelques milliers de kilomètres ! Cette anecdote permet de regarder différemment cette dernière case, le regard de Corto porté sur ces 3 indiens majestueux, sans doute des amis auxquels Hugo rend hommage. « Pour ce qui concerne Corto Maltese, je crois que les expériences les plus importantes ont été les brésiliennes, l’amitié qui me liait à certaines familles noires de Bahia, le séjour auprès des indiens Xavantès… » (entretien avec Alberto Ongaro - Europeo 1973)

« Rendez-vous à Bahia » fera ensuite l’objet d’une publication par 2 éditeurs différents, Publicness en 1971 et Casterman en 1973, fait assez rare pour être remarqué. Les deux impressions sont très belles et sont fidèles aux originaux, plus que dans le recueil « Sous le signe du Capricorne » qui paraît ensuite chez Casterman. A noter que la version Casterman 1973 reprend l’histoire en noir et blanc et que la première version couleur, réalisée par la compagne d’Hugo Pratt, Anne Frognier, ne sera publiée que dans la version belge du journal de Tintin n°20 en 1974, la couverture de ce magazine reprenant la case 4 de cette planche. La seconde version couleur, sera réalisée par Patrizia Zanotti.

Publication

  • Sous le signe du capricorne
  • Casterman
  • 03/1979
  • 978-2-20333-221-8
  • Page intérieure

24 commentaires
Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter
DanielSansespace Superbement documenté et éclairant
29 avr. 2017 17:24
lagencetourix je comprends le rêve, cette planche est magnifique parmi votre très belle collection de Pratt
9 avr. 2017 17:55
SupHermann Que du bonheur. Merci du partage
5 mars 2017 21:17
Tristan Belle derniere case
26 févr. 2017 22:16
Zenitram magnifique pièce !! effectivement une pièce de très haute tenue !!
27 janv. 2017 18:07
RAMAT MASTERPIECE!!!
1 oct. 2016 18:40
Carbonnieux Clairement le genre de planche de Corto qui donne envie ! Pour moi c'est sa période bénie où l'Aventure prend le dessus sur le succès !! Et bravo pour la description
28 sept. 2016 08:57
Agrume superbe!
6 mai 2016 10:06
comixfan Magnificent page.
7 mai 2015 02:49
tzynn Une planche magnifique. Félicitations
29 mars 2015 11:09
DanielSansespace Ca me donne envie de me plonger dedans.
27 mars 2015 10:31
Eltanin Une très belle planche, avec une description à la hauteur.
26 mars 2015 22:58
HAL9000 Merci beboun de partager cette planche somptueuse et pour ce savoureux morceau de lecture. Et ravi pour toi pour cette part de rêve exhaussé :-)
26 mars 2015 20:31
ayrton Alors là..... je suis soufflé..et quelle magnifique description !
26 mars 2015 19:53
Mentalo Superbe! Bravo à toi pour ce reve realisé ;-)
26 mars 2015 17:59
occultis A fabulous Corto page, very expressive
26 mars 2015 17:15
blackagar Orgasmique...
26 mars 2015 14:29
lsu38 ouaw !
26 mars 2015 14:25
Arpagon vraiment un plaisir de voir cette superbe planche rejoindre un passionné de l'oeuvre de Pratt…et puis la couverture du Tintin Weldone Beboun +++
26 mars 2015 14:04
dt75 Une bien belle planche de Corto somptueusement décrite par un amateur éclairé. Un vrai plaisir de lecture. Merci, et félicitations!
26 mars 2015 13:34
maxher60 OOOOOOhhhhhhhhhhh.une immense planche d'Hugo Pratt.
26 mars 2015 13:32
MorgnThorg Superbe planche de cette série mythique! Quel beau voyage tu nous offres là ;)
26 mars 2015 13:29
Difool Tout ce que vous avez voulu savoir sur H. Pratt sans jamais avoir osé le demander ! Très instructif et très belle planche !
26 mars 2015 13:24
jfmal Corto reste pour moi, la plus belle invitation au voyage qui soit. Je suis immédiatement transporté lorsque je contemple ce genre de page. Bravo, je suis ravi pour toi!
26 mars 2015 13:05