Dans la collection de fazo 
253 

Namor : voyage au fond des mers "End Page"

Planche originale
2008
Aquarelle
40 x 30 cm (15.75 x 11.81 in.)
Marvel board

Description

Namor : voyage au fond des mers, Page de FIN

Inscriptions / Signatures

Signé en bas à droite de la case centrale

Commentaire

Pitch : 1950, le scientifique Randolph Stein part explorer les abysses à bord du sous-marin Platon, afin de démontrer l'invraisemblance de la légende de l'Atlantide. Il ne sait pas encore qu'il va faire un voyage incroyable qui le conduira devant le souverain et protecteur du royaume marin, Namor, le prince des mers !

Ce one shot de 2009 édité en marvel graphic novels est un pur ovni, rien ou presque n'est comparable dans le Marvelerse, Le Prince des Mers est d'ailleurs très peu présent dans cette histoire -qui n'a au passage rien d'un récit de super-héros malgré son affiliation à l'univers Marvel- même s'il est au centre des préoccupations et des discussions. L'album est donc largement abordable pour le néophyte et je dirai même Ultra conseillé.

Commentaire détaillé de l'album :
Après une introduction des plus réussit qui fleure bon les vieux films d'aventure, on est directement plongé dans un huis-clos total, à bord de ce submersible partit pour aller au plus profond des océans... et des angoisses de ses occupants. Le capitaine Nelson le sait d'ailleurs très bien : "Les profondeurs, ça produit des choses bizarres. Plus on s'enfonce, plus il y a de créatures qui rôdent dans les ténèbres". Partant de là, le scénariste a toute la matière qu'il faut pour développer une ambiance oppressante et inquiétante, et on regrette finalement qu'il n'ait pas eu plus d'épisodes (le présent volume en compte cinq). Il s'en sort néanmoins très bien et mène habilement son propos. L'effroi nous prend rapidement, et on sent monter angoisse et nervosité chez l'équipage en même temps que s'enfonce le sous-marin dans les profondeurs. Dans le submersible c'est d'ailleurs le bras de fer continue entre le rationalisme du professeur Stein et les croyances des membres d'équipage, lui qui semble placer la science au rang de religion et commence petit à petit à en faire sa propre superstition au fur et à mesure que sa raison perd pied. Un personnage assez extrême de par la fermeté de ses croyances et son évolution psychologique, très bien traité par Milligan au même titre que les autres membres d'équipage.
Cet excellent scénario est magnifié, superbement illustré par le virtuose Esad Ribic, la cerise sur le gâteau ou le gâteau sur la cerise... Son style entre peinture et aquarelle, avec des contours doux et des couleurs assez passées, est une pure merveille qui scotche le lecteur. De par sa maîtrise des jeux de couleurs il arrive à créer des ambiances prenantes et variées avec une facilité déconcertante. Sa colorisation pâle, blafarde, assez froide au fond, accentue le sentiment d'angoisse, et ses jeux de clair-obscure rendent à merveille la noirceur et l'immensité écrasante des fonds marins. Jamais ou presque on n'a aussi bien représenté l'absence de lumière. Ca en devient par moment tout simplement saisissant. Il y a également chez lui un sens du détail très poussé, chose assez rare lorsqu'il s'agit de dessin-peinture, l'auteur traitant tout les éléments de ses cases avec la même minutie.
Bref, Ribic est au sommet et maîtrise son art comme personne, que ce soit à travers son sens du détail, ses jeux d'ombre et de couleur ou son travail sur les expressions. Associé à Peter Milligan, ils livrent un album de haute tenue et vraiment réussit, avec en plus une très bonne traduction de Sophie Watine-Viévard.



Commentaire de l’œuvre :
Il semble que Ribic traita cette page de fin de deux manières, un gris colérique opposé à un bleu lumineux. Une certaine lecture graphique de l'esprit général de l'album ou de "l'humain"...
Son grain et sa texture sont spectaculaires, les embruns vous fouettent le visage, le sel vous pique les yeux (je vous invite au zoom).
Une majestueuse conclusion pour cet album de haute volée, et elle le fut également pour conclure ma collection de ce chef-d’œuvre de la plus belle des manières.

Publications

  • Namor : voyage au fond des mers
  • Marvel France
  • 11/2009
  • 978-2-80940-996-3
  • Page 114 FP
  • The Depths
  • Marvel Comics
  • 05/2009
  • 978-0-78513-329-2
  • Page Last page

Thématiques

  • #diving
  • #storm
  • #endstrips
  • #coast

13 commentaires
Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter
Scottpilgrim Sublime. Merci pour la découverte.
26 nov. 2017 19:06
BenD En voila une conclusion en apothéose,du grand art comme souvent avec Ribic
29 juil. 2017 10:48
charles20220 Cool. Coule. J'espère bien encadré dans ton salon. À contempler sans modération.
18 juil. 2017 23:19
Scottpilgrim Quelle poésie !
8 juin 2017 10:01
BrunoPLZ Une planche de toute beauté, pleine de poésie... magique !
7 juin 2017 13:45
fazo Oui et je dirai même qu'il a été fait pour conquérir les hermétiques ; )
6 juin 2017 14:35
lenou2 Je suis d'habitude assez hermétique à ces publications "Marvel" ou "DC Comics" mais je crois que je vais faire une exception. Superbe planche qui ne manque pas de profondeur !
6 juin 2017 11:37
Joost Dit is echt kunst. Prachtig, gefeliciteerd.
5 juin 2017 20:30
becoolman Très jolie page ! J'aime particulièrement l'avant dernière case qui montre le regard en arrière alors qu'on croyait qu'il tournait le dos symboliquement. La dernière case est un éblouissement. Du pur cinéma.
5 juin 2017 13:13
MM60 Une planche aux couleurs magnifiques...
5 juin 2017 09:54
renardeau Très belle planche...les embruns, les couleurs...faudrait que je lise ça...merci du partage!
5 juin 2017 09:23
Zibbhebu Un seul mot: splendide.
5 juin 2017 09:21
Difool Superbe planche de fin, je comprends ton engouement pour cet artiste !
5 juin 2017 07:36