In Laerte 's collection
Le Rapport Brodeck - T2 by Manu Larcenet, Philippe Claudel - Comic Strip
1325 

Le Rapport Brodeck - T2

Comic Strip
2016
Ink

Comment

Le Rapport Brodeck, tome 2, case à l'encre de Chine de la page 104.

J'ai pu déjà exprimer l'insigne admiration que j'avais pour l'œuvre de Larcenet en général et Blast /Brodeck en particulier.

Oeuvre singulière chez lui car - pour la première fois dans Brodeck - il a abordé un défi nouveau pour lui: celui de privilégier la foule plutôt que des logiques individuelles des albums précédents. "Ce qui m'a intéressé, c'est l'artiste et le village, sans préméditation par rapport à l'actualité Charlie...".

A l'image de la pensée de René Girard, le corps social ne parvient à construire son unité que sur la désignation d'une victime émissaire, toujours un peu autre comme l'artiste ici, et la ritualisation de son meurtre fondateur. Ici le sacrifice prendra la double forme d'abord de l'acquiéscement à la déportation de Brocdeck pour "acheter leur tranquillité" puis ensuite par le meurtre collectif de l'Anderer (l’Ereigniës). C'est aussi une métaphore de la place de l'artiste dans la cité. A toi point que Larcenet, dans un élan flaubertien, a pu déclarer "l'Anderer c'est moi".

Dire le Mal absolu, c'est risquer de le banaliser: paradoxe que tous les auteurs de la Shoa auront dû affronter.

Et comme Larcenet souhaitait ne pas humaniser les nazis innommables, il a cherché l'inspiration pour décrire "l'indicible" et a fini par la trouver... dans un steak haché et plus largement dans cette idée de chair en décomposition. Le tout avec des uniformes peu respectueux de l'histoire pour ne pas trop directement la situer dans une période donnée (comme dans le roman de Claudel)

Au final, une œuvre au noir sur les compromis(sions) que l'irruption du Mal oblige à faire.

Et ici, l'image éternelle de la victime de la force indifférenciée, toujours prompte à garrotter la liberté et toute forme de différence (intellectuelle, artistique, sexuelle, religieuse...) par rapport à son ordre établi.

Publication

  • L'indicible
  • Dargaud
  • 06/2016
  • Page 104

About Manu Larcenet

Manu Larcenet is one of the leading artists in contemporary franco-belgian humor comics, and one of the main contributors to Fluide Glacial magazine. Born Emmanuel Larcenet in Issy-les-Moulineaux, he studied art in Sèvres. While also performing as a singer in a punk band, he published his first artwork in comic and rock fanzines. Larcenet has also been a frequent artist for the collection Poisson Pilote of the publishing house Dargaud, producing series like 'Les Cosmonautes du Futur' (with Lewis Trondheim, 2000-2004), 'Les Entremondes' (with his brother Patrice Larcenet, 2000-2001), 'Une Aventure Rocambolesque de...' (2002-2009) and 'La Légende de Robin des Bois' (2003). Notable was the autobiographical series 'Le Retour à la Terre', that he created with Jean-Yves Ferri after settling in the Lyon area in 2002. Also for Dargaud, he created the autobiographical series 'Le Combat Ordinaire', starting in 2003, and 'Nic Oumouk', starting in 2005. Larcenet is the artist of the 'Donjon' side series 'Donjon Parade', written by Lewis Trondheim and Joann Sfar and published by Delcourt between 2000 and 2007. Since 2008 he is the artist of the graphic novel series 'Blast', that is published by Dargaud. Manu Larcenet is the author of the children's books 'Les merveilleux Peu de gens savent' (2010) and 'Nombreux sont ceux qui ignorent' (2012). Text (c) Lambiek

To leave a comment on that piece, please log in