Dans la collection de PotdeNutella 
883 

Scalped #60: It All Ends Here

Planche originale
Encre de Chine

Description

Scalped issue 60, page #06

Titre original : Scalped #60 - It All Ends Here, repris dans le TPB 10 éponyme
Titre français : Au bout de la piste

Commentaire

Violente, sombre et désespérée, cette série nous plonge dans le quotidien d’une réserve amérindienne rongée par la drogue, la violence et le crime organisé. Cette série est pour moi l'une des meilleures séries américaines de ces 10 dernières années, et le dessin de R.M.Guera y joue un rôle important. Ses planches sont noires et violentes, ses personnages ont de vraies "gueules" (mention spéciale à Granny Poor Bear), leurs expressions et les mises en scène inspirent des émotions viscérales. J'aime particulièrement ses scènes de nuit où son encrage a encore plus d'impact.

Attention spoiler !

Cette planche provient de la toute dernière issue de Scalped. Elle clôt la dernière grande scène de la série, une scène dantesque (avec un zeste de Tarantino) où tous les protagonistes de l'histoire se retrouvent dans une déferlante de rage et de folie. La rage de l'agent Nitz et la folie de Catcher, dont le totem hibou plane au-dessus de leur silhouette disparaissant dans l'incendie du casino alors que Dashiell Bad Horse parvient à s'en extraire en traînant Red Crow avec lui.

La dernière case de la page précédente laisse la parole à Catcher : "My name is Arthur James Pendergrass. People called me Catcher, I listened to the voices in my head. I leave the world worse off than I found it. I was either a prophet or a murderer, I don't know which, but either way..." et se conclut donc sur la présente page : "I die a goddam fool".

Je terminerai en citant la conclusion d'une revue de cette issue #60 sur Multiversity Comics que je trouve fort juste:

Truly, a book called “Scalped” was never going to have a happy ending, but as the last page finally turns you’ll forget that you may have ever wanted one. If nothing else, “Scalped” #60 is a viking funeral: it’s brutal, it’s tough as a boulder and it sails off into the sunset amidst a glorious flame. Highly reminiscent of “Preacher” #66, one of the best finales ever to grace a Vertigo book, Aaron and Guera deliver a power house finale to one of the best books of recent memory, and while the story of “Scalped” may have ended, the book lives on. “Hecheto aloe” indeed.

It’s been a long time since a modern Vertigo title felt like it was destined to be a classic that would stand amongst the greats, but if any book has a chance it’s this one. Congratulations to Aaron, Guera, Jock and the entire team behind the book on a fantastic piece of comic work, and we’re officially counting down the days until the next one.

Publication

  • Trails End
  • Dc Comics
  • 11/2012
  • 978-1-40123-734-9
  • Page 95

Thématiques

  • #owl
  • #fire
  • #dogs

4 commentaires
Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter
Rutger Very haunting atmosphere. Great page...
27 sept. 2016 20:06
Tristan trés jolie encore une belle page de sclaped
20 févr. 2015 22:38
Laerte Superbe planche pour un final crépitant: l'âme totémique de Catcher peut maintenant prendre son envol tandis que Dashiel porte vers la rémission Red Crow qu'il a tant haï. Cette conclusion embrasée porte la geste de Scalped vers celle de Troie en flammes où Enée fuit avec Anchise sur ses épaules ;-)
20 févr. 2015 18:01
Zenitram impressionnante page !! il va falloir que je lise cette série ! merci pour la découverte .
20 févr. 2015 11:39